USLD de l'Hôpital – Maison de retraite à LE VESINET | Yvelines

coordonnees

USLD de l'Hôpital à LE VESINET | Yvelines
72 avenue de la Princesse
78110 Le Vésinet

Fiche d'information

Caractéristiques

Statut juridique

EHPAD: 
Public

Spécificité de la structure

Unité de Soins Longue Durée (USLD): 
60 lits

Mode d'accueil

Hébergement permanent: 
60 lits
Hébergement temporaire
Accueil de jour
Accueil de nuit ou week-end

Personnel

En terme de soins, cet établissement propose l'encadrement suivant :
Médecins salariés: 
NC
Intervention d'un kinésithérapeute
Oui
Intervention d'un ergothérapeute ou d'un psychomotricien
Oui
Intervention d'un psychologue
Non

Hébergement

Nombre de lits dans l’établissement: 
60
Nombre de chambres simples: 
20
Nombre de chambres doubles ou communicantes: 
40
Nombre d’appartements

Superficie des chambres sanitaires compris

Chambres simples (en moyenne): 
17.30 m2
Chambres doubles (en moyenne): 
25.80 m2
Chambres équipées de signal d'appel: 
Toutes

Vie sociale

Restauration

Gestion directe de la restauration par l'établissement: 
Oui uniquement

Activités de loisirs

Activités de loisirs
Oui

Plan d’accès et cadre

Espace extérieur accessible à toute dépendance
Oui

Accès transports en commun :

Bus
Oui
Métro
Non
Train
Oui
Parking pour les visiteurs
Oui

Tarifs

Calculer votre montant mensuel
Tarif journalier d'hébergement (à partir de) :
Tarif journalier d'hébergement (à partir de): 
65.49
en chambre simple: 
65.49 €
en chambre double: 
65.49 €
Tarifs appartement: 
NC
Dépendance :
GIR 1/2: 
25.86 €
GIR 3/4: 
16.41 €
GIR 5/6: 
6.96 €
Tarifs en date du : 
29 mai 2015
* Sur la base de 30 jours et du tarif le moins élevé (hors aide).
** Groupe Iso-Ressources. Evaluation du niveau de dépendance

Sources : Enquête Uni Santé 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 auprès des EHPAD, Résidences Autonomie, Résidences Services Seniors. Informations données à titre indicatif. Voir nos conditions d’utilisation.
Votre GIR**
Calculez votre GIR
Tarif journalier
Hébergement + dépendance
Montant mensuel*
hors aides

Cliquez sur les boutons des colonnes A, B, C, à droite des variables 1 à 8.

- A signifie : Bon, fait seul, totalement, régulièrement et correctement.

- B signifie : Fait partiellement ou irrégulièrement ou incorrectement.

- C signifie : Ne fait pas, ne peut pas ou ne veux pas le faire.

Variables Discriminantes A B C
1 Cohérence Converser et se comporter de façon sensée par rapport aux normes admises.
2 Orientation Se repérer dans le temps (jour et nuit, matin et soir), dans les lieux habituels ...
3 Toilette Se laver seul, habituellement et correctement, le haut et le bas du corps. Haut
Bas
4 Habillage S'habiller, se déshabiller, seul, totalement et correctement. Haut
Moyen
Bas
5 Alimentation Se servir et manger seul, correctement.
On considère que les aliments sont déjà préparés.
Se servir
Manger
6 Elimination Assurer seul et correctement l'hygiène de l'élimination urinaire et anale. Urinaire
Anale
7 Transfert Pouvoir passer seul, d'une des 3 positions (debout, assis, couché) à une autre, dans les 2 sens.
8 Déplacement
intérieur
Se déplacer seul à l'intérieur du domicile (même avec canne, déambulatoire ou fauteuil roulant).
Votre GIR :

Ces indicateurs de calcul du GIR servent à déterminer le montant de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) et à mieux définir les besoins de la personne afin de choisir un établissement adapté.

Le calcul du GIR ne prend en compte que les 8 premières variables discriminantes de la Grille AGGIR.

La grille nationale d’évaluation AGGIR est une grille d’évaluation de l’autonomie et de la dépendance des personnes âgées et permet de mesurer le degré de dépendance physique et/ou psychique d’une personne âgée dans l’accomplissement de ses actes essentiels et quotidiens.

Six groupes sont définis, allant de GIR 1 (dépendance totale) à GIR 6 (autonomie totale). Plus le score est faible, plus la personne est considérée comme étant fortement dépendante.

Découvrez également

Découvrez également

1 200 000 personnes âgées en situation de dépendance, soit une augmentation de 400 000 en 2040. Il s’agit, si l'on se fie aux études de l’INSEE, de l’évolution que devrait connaître la France lors des vingt prochaines années, si la durée de vie moyenne en état de dépendance reste stable. Une augmentation remarquable du nombre de personnes en situation de dépendance à laquelle on associe vieillissement de la population.
Actuellement, les seniors dépendants peuvent se reposer sur l'impulsion de deux dynamiques pour permettre leur prise en charge. D’un côté, le soutien familial, et l'investissement des proches et des personnes aidantes, de l’autre, la solidarité collective, caractérisée par plusieurs pensions d'aide, comme l'APA (l’allocation personnalisée d’autonomie).

La solidarité familiale et la solidarité collective sont vouées à changer dans les années à venir. Effectivement, le soutien émanant de l’entourage familial pourrait diminuer compte tenu du nombre trop faible d'aidants vis-à-vis du nombre conséquent de personnes âgées dépendantes. En outre, les dépenses incombant à l'APA sont censées fortement évoluer, en proportion des modalités d’indexation.
L'APA (allocation personnalisée d’autonomie) est la première prestation départementale attribuée aux personnes âgées de soixante ans et plus en situation de perte d’autonomie et dont le statut requiert une assistance pour effectuer les actes essentiels de tous les jours. Cette aide n’est pas assujettie à conditions de ressources. En revanche, la part restant au dépens du bénéficiaire est fortement impactée par les entrées financières de son foyer.

Les personnes âgées en perte d’autonomie et leur famille proche peuvent aussi bénéficier de l’aide sociale à l’hébergement (ASH) si leurs revenus sont trop faibles. Cette aide financière permet au bénéficiaire d’accéder à une structure spécialisée pour personnes âgées. Cependant, l’aide sociale à l’hébergement (ASH) est assujettie à un recours sur succession (comprendre le recouvrement des montants alloués à une personne après son décès).
Dans le cadre des aides ménagères accordées par le département, le budget alloué ne coïncide pas forcément avec le nombre de bénéficiaires (sur le plan nationale, environ 80 % des allocataires percevant l'Aide sociale à l’hébergement se voient obtenir également l’allocation personnalisée d’autonomie).

Retrouvez sur cette fiche, toutes les précisions disponibles afin de vous aider à préparer votre entrée ou celle d’un de vos proches dans une structure spécialisée.
Chaque établissement a des spécificités dédiées. Découvrez premièrement des indications utiles sur le type d’hébergement : chambres simples et-ou doubles, nombre de lits, surface de l’espace nuit, ainsi que le type de soin spécialisé proposé. Prenez aussi connaissance du personnel présent dans la structure selon les soins proposés : infirmières, kinésithérapeute, ergothérapeute, psychomotricien, psychologue.
Selon vos critères, Essentiel Autonomie vous met à disposition tous les services proposés en matière d’activités et de vie sociale. Activités, alimentation, moyens d’accès à l’établissement, découvrez les éléments pratiques concernant le quotidien de l’établissement.