Clinique Jean Paoli à ARLES | Bouches-du-Rhône

coordonnees

Clinique Jean Paoli à ARLES | Bouches-du-Rhône
19 rue Pierre Renaudel
13200 ARLES
France
Voir le numéro
04 90 99 34 00

Fiche d'information

Caractéristiques

Statut juridique

Etablissement privé à but non lucratif

Spécificité de la structure

Lits SSR : 
14
Lits hopital jour SSR : 
0

Plan d’accès et cadre

Selon les rapports de l’INSEE, le nombre de personnes âgées en perte d'autonomie devrait augmenter dans les 20 prochaines années, du fait particulièrement du vieillissement de la population en France. En supposant que la durée de vie moyenne en en état de perte d'autonomie se fige, 1 200 000 personnes seront dépendantes en 2040, alors qu’elles sont - seulement - 800 000 actuellement.
Actuellement, les personnes âgées dépendantes peuvent se reposer sur la mutualisation de deux dynamiques afin d'assurer leur prise en charge. D’un côté, l'assistance familiale, et la présence des proches et des aidants, de l’autre, la solidarité collective, caractérisée par diverses pensions d'aide, comme l'APA (l’allocation personnalisée d’autonomie).

La solidarité familiale et la solidarité collective sont vouées à changer dans le futur. Assurément, l’aide provenant de l’entourage familial pourrait diminuer en raison du nombre insuffisant de personnel aidant vis-à-vis du nombre grandissant de seniors dépendants. De plus, les dépenses relatives à l'allocation personnalisée d’autonomie devraient fortement croître, en fonction des modalités d’indexation.
L'APA (allocation personnalisée d’autonomie) est la première prestation départementale reversée aux personnes âgées de soixante ans et plus en situation de perte d’autonomie et dont la situation nécessite une assistance pour réaliser les actes essentiels du quotidien. Cette aide financière n’est pas assujettie à modalités de ressources. Par contre, la part restant à la charge du bénéficiaire est intimement répercuté par les entrées financières de son foyer.

Les personnes âgées dépendantes et leur famille proche peuvent également profiter de l’aide sociale à l’hébergement (ASH) si leurs revenus sont trop faibles. Cette aide financière donne la possibilité à la personne concernée d'obtenir une place dans un établissement spécialisé pour personnes âgées. Toutefois, l’ASH est assujettie à un recours sur succession (comprendre le recouvrement des montants alloués à une personne décédée).
En ce qui concerne les aides ménagères autorisées par le Conseil départemental, le budget alloué ne coïncide pas forcément avec le nombre d’allocataires (sur le plan nationale, près de 80 % des allocataires percevant l'Aide sociale à l’hébergement se voient obtenir également l’APA).

Vous ou l’un de vos proches allez intégrer un EHPAD ou une maison de retraite ? Cette fiche propose l'intégralité des indications que vous recherchez pour bien préparer votre inscription.
Voici donc les informations pratiques relatives aux caractéristiques de la structure. Découvrez aussi les conditions spécifiques d’hébergement : nombre de chambres simples et/ou doubles, nombre de lits, superficie des chambres, présence d’unités de soins spécialisées, etc. Nous vous apportons enfin des détails à propos du personnel en place, selon les soins dispensés : psychologue, psychomotricien, médecins, ergothérapeute, aide(s)-soignant(es), infirmier(es)...
Chaque structure spécialisée propose plusieurs services et activités aux résidents. Alimentation, animations, activités et loisirs destinés à entretenir la vie sociale, moyens d'accès à l'établissement... Essentiel Autonomie répond à toutes vos requêtes.