Résidence Autonomie Marcel du Lorier - Foyer logement à LA RICHE | Indre-et-Loire

Résidence Autonomie Marcel du Lorier à LA RICHE | Indre-et-Loire
7 Rue Léon Bourgeois
37520 La Riche
TELEPHONER: 
  • commerces
    Commerces à proximité

Fiche d'information

Soins

Encadrement

  • Services d'aide à la personne
  • Pôle santé à proximité (médecin, infirmières, pharmacie, kiné…)

Equipement

  • Chambres, appartements équipés de signal d'alarme, d'alerte
     : Tous

Confort et Services

Cadre

  • Parc et jardin dans la résidence
     : Non
  • Parc et jardin à proximité
  • Transport en commun
  • Commerces à proximité

Restauration

  • Restaurant
  • Repas à emporter ou portage de repas
     : Non

Loisirs

  • Animations
     : NC

Autres prestations

  • Appartements Climatisés
     : Aucun
  • Accueil
  • Chambre d'Hôtes
  • Blanchisserie
  • Accueil des animaux de compagnie
     : Non

Etablissement

Statut Juridique

Mode d'accueil

  • Hébergement permanent
     : NC
  • Capacité totale
     : 66
  • Studio, F1 ou F1 Bis
     : 63 | Superficie: 29-34 m2
  • Nombre de F2
     : 1 | Superficie: 65 m2

Accès

  • Parking

Autres

  • Ligne téléphonique individuelle
  • Résidence sécurisée 24/24h

Tarifs à partir de :

  • Loyer Studio, F1 et F1 bis (en moyenne)
     : 527.18 €/mois
  • Loyer F2 (en moyenne)
     : 588.07 €/mois
  • Etablissement habilité à l’APL
  • Habilité à l'Aide Sociale
     : Non

Listes des événements

1 200 000 personnes âgées en situation de dépendance, soit une augmentation de 400 000 en 2040. Il s’agit, si l'on se fie l’INSEE, de l'augmentation que devrait connaître la population française pendant les vingt prochaines années, si toutefois l'espérance de vie moyenne en état de dépendance se stabilise. Une croissance perceptible du nombre de personnes en situation de dépendance liée au vieillissement de la population.
Actuellement, les seniors en situation de dépendance peuvent se reposer sur l'impulsion de deux forces actives afin de renforcer leur prise en charge. D’un côté, la solidarité de la famille, et l'investissement des proches et des personnes aidantes, de l’autre, la solidarité collective, formalisée par diverses pensions d'aide, comme l'APA.

La solidarité familiale et la solidarité collective sont vouées à changer à l'avenir. Assurément, l’aide provenant des proches pourrait diminuer compte tenu du nombre insuffisant de personnel aidant vis-à-vis du nombre grandissant de personnes âgées dépendantes. Par ailleurs, les dépenses au titre de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) pourraient nettement évoluer, en fonction des modalités d’indexation.
L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) constitue la 1ère aide départementale destinée aux personnes âgées de 60 ans minimum, considérées en perte d’autonomie et qui, grâce à cette aide, sont toujours capables de continuer à réaliser les actes quotidiens. Si l’APA n’est pas attribuée en fonction des ressources de la personne âgée, il reste tout de même à acquitter une partie variable déterminée en fonction des ressources perçues du foyer.

Autre allocation notable : l’aide sociale à l’hébergement (ASH). Elle permet aux foyers les plus modestes (personnes en situation de dépendance comme proches, obligés alimentaires) de financer et donc de faciliter une entrée dans un établissement adapté pour seniors. Une remarque cependant, l’ASH peut faire l'objet d'un recours sur succession (comprendre le recouvrement des montants alloués à une personne décédée).
Parmi les aides ménagères versées par le Conseil départemental, le nombre de personnes dépendantes allocataires n’est toutefois pas le même que le nombre d'aides attribuées. Par exemple, 80 % des personnes touchant l’ASH ont recours à l’APA, également.

Pour mieux garantir l'intégration de l’un de vos parents proches au sein d'un EHPAD ou une maison de retraite médicalisée, nous vous proposons, sur cette fiche, toutes les informations importantes, si elles sont disponibles.
Chaque établissement a des spécificités précises. Découvrez tout d’abord des informations utiles sur le type d’hébergement : chambres simples et-ou doubles, nombre de lits disponibles, surface des chambres, mais aussi le type de soin spécialisé proposé. Prenez aussi connaissance du personnel médical évoluant dans la structure selon les soins dispensés : aides-soignant(e)s, infirmières, kinésithérapeute, ergothérapeute, psychologue.
Chaque structure spécialisée propose plusieurs services et activités aux résidents. Restauration, animations, activités et loisirs visant à favoriser le lien social, moyens d'accès à l'établissement... Essentiel Autonomie répond à toutes vos questions.