Personnes âgées : 10 mini-chantiers pour sécuriser leur domicile

Si elles ont le choix, les personnes âgées (et leurs proches) préfèrent vieillir chez elles. Pour éviter l’accident domestique le plus fréquent (les chutes), 10 idées de petits travaux et aménagements qui vont rendre leur logement plus sûr.

Avant d’envisager les grands travaux, 10 chantiers faciles et rapides à faire

A ce niveau là, ce n’est pas une vague préférence : c’est un plébiscite. D’après un sondage Opinion Way(1), 90% des Français préfèreraient, à leurs vieux jours, rester vivre à leur domicile. Cela suppose d’adapter leur logement pour qu’une personne âgée mais encore autonome puisse y vivre en toute sécurité. Et donc de minimiser les risques d’accidents domestiques.

La bonne nouvelle ? L’accident le plus fréquent (la chute) est aussi celui contre lequel il est le plus facile de se prémunir, car les principales raisons sont bien connues :

  • un sol glissant, irrégulier, ou encombré d’objets,

  • des marches mal sécurisées,

  • un lit trop haut ou trop bas.

Pièce par pièce, voici donc 10 “chantiers” simples et peu coûteux pour sécuriser la maison ou l’appartement de votre proche.

 

Bon à savoir : La chute, danger n°1

  • C’est la première cause de décès en ce qui concerne les accidents de la vie courante
  • Dans 30 à 50% des cas, elle survient à domicile
  • Le risque augmente avec l’âge : un tiers des plus de 65 ans et la moitié des plus de 85 ans font au moins une chute par an

 

 

Dans l’entrée

1. Éclairer le porche

Fouiller dans son sac ou ses poches pour trouver ses clés, mal distinguer la serrure et devoir se pencher pour déverrouiller sa porte… Ce sont autant d’occasions de faire un mauvais mouvement et de chuter.

Une entrée bien éclairée, c’est donc la première mesure à prendre pour sécuriser le domicile de votre proche. L’idéal ? Un éclairage automatique (avec détecteur de mouvement). À défaut, un interrupteur judicieusement placé et une lampe bien orientée font l’affaire.

 

2. Aménager le vestibule

Une chaise pour enlever les chaussures en toute sécurité, un porte-manteau mural ou facile d’accès, un espace praticable pour y ranger parapluie, caddie, un meuble à hauteur de hanche pour pouvoir y déposer son sac et un vide-poche : cela suffit pour minimiser les risques d’accident dans l’entrée.

 

Dans la cuisine

3. Ré-agencer les placards

Le principe de base ? Placer un maximum d’ustensiles usuels (couverts, assiettes, casseroles…) dans des placards ou tiroirs à mi-hauteur, et les plus lourds dans les rangements du bas. On vous conseille également, si possible, de tout mettre à portée de main : évitez à votre proche d’avoir à se hisser sur la pointe des pieds (ou pire, sur une chaise ou un tabouret).

4. Sécuriser le coin repas

Votre proche déjeune ou dîne dans sa cuisine ? Tant mieux : c’est autant de déplacements en moins à faire les bras chargés de vaisselle et autres plats chauds… S’il n’est pas possible de lui installer une table et des chaises dans cette pièce, pensez à investir dans une desserte roulante : ce sera autant d’efforts en moins (et surtout de risque de mauvaise chute).

 

Plus de conseils > Comment aménager une cuisine pour personnes âgées

 

Dans les salles d’eau

5. Installer des barres d’appui

À côté des toilettes, et surtout sur les murs de la baignoire ou de la douche : la barre d’appui est un indispensable pour l’aménagement des salles d’eau d’une personne âgée. Pour s’assurer, se relever, ou en cas de vertige ou de glissade, cet accessoire peut lui éviter de tomber, et constitue donc l’un des tous premiers chantiers à envisager.

 

6. Prévenir les glissades

Le propre d’une salle d’eau… c’est l’humidité. Évident ? Pourtant on pense trop rarement à rendre moins glissant le sol d’une salle de bain. Il suffit pourtant d’y placer quelques tapis antidérapants sur le carrelage et un revêtement du même type dans la baignoire ou la douche pour rendre cette pièce beaucoup plus sûre.

 

Dans la chambre

7. Repenser son espace (et son emplacement)

Pour se relever la nuit en toute sécurité, il est préférable de placer la chambre près des toilettes et de la salle de bain : si ce n’est pas le cas et qu’il est possible de “déménager” votre proche, songez-y.

Dans la chambre elle-même, on veillera à placer un lit pas trop haut (pour éviter les chutes), ni trop bas (pour qu’il n’ait pas à trop se pencher) : 60 cm de hauteur, c’est l’idéal. Dégagez aussi les abords du lit, et ne le collez pas contre un mur. Enfin, installez une chaise (pour s’habiller et déposer ses vêtements), et une table de nuit à bonne hauteur.

 

Plus de conseils > Comment adapter sa chambre pour bien vieillir à domicile ?


 

Dans les pièces à vivre (et un peu partout dans la maison)

8. Dégager le passage

Les guéridons, pots de fleurs, beaux tapis… qui égaient et meublent le domicile de votre proche sont aussi malheureusement des obstacles à éliminer. Car avec l’âge, il risque de plus en plus souvent de trébucher dessus, de glisser, et donc de se blesser.

On peut comprendre qu’il ne souhaite pas s’en débarrasser. Mais on vous conseille donc au moins de pousser les meubles contre les murs au lieu de les laisser au beau milieu du passage, de coller sous les tapis des bandes antidérapantes de bonne qualité… et de les placer à un endroit où votre proche ne passera pas trop souvent.

 

9. Revoir les branchements et l’éclairage

Vous venez d’éviter à votre proche de se prendre les pieds dans le tapis ? Reste à faire de même avec les fils électriques. Avec quelques agrafes spéciales, vous pourrez fixer les câbles qui traînent aux plinthes ou aux murs, faire le tri dans les multiprises, rationaliser aussi le placement des lampes et autres appareils électriques en les rapprochant des prises…

Et puisque vous en êtes à l’électricité, profitez-en pour revoir l’éclairage du logement : la pénombre est l’une des premières causes de chutes et d’accidents domestiques. Une bonne visibilité dans les couloirs, au-dessus des éviers et des plaques de cuisson… c’est autant de soucis en moins.

 

10. Sécuriser les marches

La dernière étape de cette opération “sécurité” ? Les marches et escaliers. Avec un double objectif : les rendre plus visibles pour éviter la chute bête, et moins glissantes.

Un simple coup de peinture sur les contremarches (claire si le dessus est sombre, par exemple), et des bandes antidérapantes sur chaque “nez” de marche rendront les montées et descentes de votre proche plus sûres. Sans oublier, bien sûr, d’installer une main courante si ce n’est pas déjà fait.

 

Plus de conseils > Adaptation de l’habitat, comment aménager ses escaliers ?

 

Avec ces 10 petits travaux simples à réaliser et bon marché, vous aurez déjà rendu le domicile de votre proche nettement plus sûr, et plus confortable. Cela ne remplace pas de “vrais” travaux qui seront peut-être nécessaires plus tard, et requerront de l’aide et un financement plus conséquent. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre parcours interactif sur l’adaptation du domicile.

(1) Enquête de mars 2012, OpinionWay pour l'Observatoire de l'intérêt général

Partage cet article :

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu