Comment limiter les déficits sensoriels chez les personnes âgées ?

Les déficits sensoriels concernent le goût, l’odorat, le toucher, la vue et l’ouïe. Ces deux derniers sens sont généralement les plus touchés avec l'avancée en âge. Il remettent en cause la possibilité de pouvoir participer à la plupart des activités mais peuvent être compensés par des prothèses.

stimulation cognitive

Une perte de stimulation cognitive

Les déficits auditifs et visuels touchent, à des degrés divers, la majorité des personnes de plus de 65 ans. Ils altèrent la quantité et la qualité des informations. La reconstitution du réel est alors biaisée et cela compromet l’adaptation à l’environnement par des réponses inappropriées aux différentes situations.  Perte de communication, de lien social, mais surtout accidents domestiques ou de circulation sont les conséquences les plus communes. Sans oublier que les sens participent aussi au plaisir de vivre : écouter de la musique, voir un film, répondre au sourire de son petit enfant, dessiner, lire, regarder un tableau, feuilleter un album photo, jouer, bricoler, jardiner…

Pour conserver sa qualité de vie et préserver son autonomie, il est important de surveiller régulièrement son ouîe et sa vue, et, si nécessaire, se faire appareiller. Parallèlement, il existe plusieurs moyens pour compenser ces déficits.

Le déficit de la vision

Avec l’âge, l’acuité visuelle diminue, le seuil de vision crépusculaire et la perception de l’axe bleu-jaune-vert aussi. Ainsi, le déficit visuel rend plus compliqué les gestes les plus simples : lire, payer en espèces, remplir un chèque, se raser, se maquiller, lire le journal ou un panneau, s’orienter, regarder une émission de télévision… 

L’importance d’un éclairage adapté

À partir de 55 ans, pour un confort de vision équivalent, la quantité nécessaire de lumière est 3 fois plus élevée qu’à 25 ans. Augmenter la puissance des ampoules – si les luminaires le permettent – est un premier pas vers plus de confort. En règle générale, l’éclairage naturel est toujours préférable, à condition de ne pas être éblouissant.

Un éclairage pour chaque pièce

À chaque pièce du logement, à chaque activité, correspond un éclairage optimum.  Un éclairage led au sol balise de façon efficace un couloir, un dégagement. Si celui-ci conduit à la salle de bain ou aux toilettes la mise en route par un détecteur de présence est idéal pour éviter les chutes lors de réveils nocturnes. 

Dans la pièce à vivre, on choisira plutôt un éclairage central et uniforme, au plafond, complété d’un luminaire sur pied près du fauteuil de lecture, voire d'une lampe loupe rétro-éclairée. Un éclairage doux du mur derrière le poste de télévision permet de diminuer l’écart de luminosité entre le téléviseur et son environnement. Pour tout travail de précision, une lampe d’appoint est parfaite. Certaines fonctionnent sur batterie et se rechargent sur un socle, elles se posent facilement sur une table et évitent fil et rallonge dans lesquels on risque de se prendre les pieds.

Dans la chambre, un éclairage au-dessus de la tête du lit rend la lecture agréable, d’autant plus s’il y a un variateur. En insérant une prise avec détecteur de mouvement avant de brancher une lampe, tout mouvement dans un rayon de 90° est perçu et allume la lampe. Placée sur une prise au niveau du sol près du lit, nul besoin de chercher l’interrupteur pour se lever sans risque dans la nuit. Avec 4 canaux reliés à une télécommande, il est facile d’allumer ou d’éteindre lampes ou appareils électriques sans bouger.

Dans la salle de bain, un plafonnier et une réglette au-dessus du lavabo peuvent être complétés par un miroir grossissant éclairant.

L’influence de la couleur

Sachez que la couleur du plafond, des murs et du sol en réfléchissant plus ou moins la lumière a une influence sur le confort de vision et le niveau d’éclairement. Un plafond blanc réfléchit très bien la lumière. Des murs clairs renvoient la lumière, tandis que des murs de couleur plus soutenue au contraire l’absorbent.

Le contraste

La sensibilité aux contrastes diminue avec l’âge. Distinguer la forme d’un équipement du fond sur lequel il est fixé ou posé permet de mieux l’appréhender. On peut obtenir ce résultat en utilisant une peinture plus foncée pour les portes, plus claire pour les murs, mettre une nappe unie de couleur vive et une vaisselle blanche ou pastel, choisir des accessoires de salle de bain ou de cuisine d’une couleur tranchée par rapport à celle des plans de toilette ou de travail…

Déjouer quelques pièges

Un revêtement de sol brillant peut être désagréable voire déstabilisant lorsqu’il renvoie des reflets lumineux. Les tapis peuvent être traitres : un autocollant double face les stabilisera, mais il vaut mieux parfois les supprimer pour plus de sécurité. Si vous avez une porte fenêtre ou une baie vitrée, une bande adhésive de couleur vive au niveau des yeux sur la vitre vous permettra de voir que celle-ci est fermée.

Le déficit de l’audition

Le déficit auditif aboutit surtout à un déficit de communication. À partir de 60 ans, bruit ambiant ou acouphènes rendent parfois délicat le suivi d’une conversation. 

Trois niveaux de surdité

On distingue trois niveaux de surdité : 

  • Lorsque la perte auditive atteint 40 à 70 décibels, il est difficile de suivre un programme télévisé, de percevoir une sonnette d’entrée ou le téléphone. L’appareil auditif est alors recommandé. 
  • Avec une perte de 70 à 90 décibels, il est impossible d’entendre un téléphone sonner ou une alarme incendie se déclencher. Les aides auditives sont alors nécessaires. 
  • Au-delà d’une perte de 90 décibels la surdité est dite profonde. Si les prothèses auditives peuvent encore aider à localiser les bruits elles ne permettent pas la conversation qui ne se fait alors que par la lecture labiale.

La boucle d’induction magnétique

La boucle d’induction magnétique (BIM) est un système d’aide auditive pour les personnes malentendantes même lorsqu’elles sont appareillées. Elle permet de réduire de façon significative les bruits de fond qui restent la faiblesse des appareils auditifs. Le son émis par un équipement de sonorisation, un micro, un poste de télévision, un téléphone… est transmis à une oreillette ou une prothèse auditive incluant la fonction « T ». Nettoyé des bruits ambiants, le son est plus clair. Ce système est utilisé dans les lieux publics (administration, cinéma, tribunaux…) depuis le décret d’application du 1er janvier 2015. Les zones équipées se reconnaissent grâce au pictogramme d’une oreille barrée accompagnée de la lettre T. Ce système, fixe ou mobile, peut être également utilisé à domicile. Le prix d’une boucle d’induction magnétique ne dépasse pas 200 euros.

Une sonnette de porte d’entrée peut être doublée d’un flash lumineux, tout comme les alarmes incendie peuvent être visuelles et auditives. 

Aides techniques pour déficience visuelle et auditive 

Regarder la télévision

Avec la TNT, un réglage sur le téléviseur permet d’activer les sous-titres et/ou l’audio description. Il existe aussi des télécommandes adaptées à la déficience visuelle.

Même avec une prothèse auditive, un casque HF à infra rouge (sans fil) procure une bonne écoute et permet de suivre une émission avec d’autres personnes sans pour autant mettre le son au maximum. 

Utiliser un smartphone

Certains smartphones offrent une fonction de compatibilité avec les appareils auditifs et proposent un système de reconnaissance vocale pour passer ou répondre à un appel ou pour lire ou dicter un message. Ils permettent aussi de choisir la taille de la police des messages qui s’affichent.

Pour ne pas rater un appel, certains téléphones fixes proposent maintenant de larges touches, des sonneries puissantes accompagnées de flashs lumineux, des systèmes d’écoute amplifiés et compatibles avec les appareils auditifs.

Utiliser l’ordinateur

Si vous utilisez un ordinateur, certaines polices (verdana, tahoma, arial…) sont plus adaptées car les caractères sont plus nets et diminuent le risque de confusion entre deux lettres proches comme par exemple le n et le m. Le gras augmente le contraste. Quant à la taille, à vous de trouver celle qui vous rend la lecture plus facile. 

Par ailleurs, certains sites intègrent des applications d’accessibilité comme FACIL'iti, qui permet d’adapter la taille de la police en fonction de son handicap ou d’une pathologie ou Acceo, qui (permet un accès aux services des sites Internet pour les malentendants.   

Le déclin, à des degrés divers, de la vue et de l’ouïe sont inéluctables avec l’âge. Les lunettes et les prothèses auditives restent très chères, pourtant elles sont essentielles à la préservation de l’autonomie.

Partage cet article :