Maintien à domicile : comment adapter son habitat ?

Pour continuer à vivre chez soi dans les meilleures conditions, il est souvent indispensable d’adapter l’environnement immédiat des personnes âgées et ou en perte d’autonomie. Confort et sécurité sont les maîtres-mots pour retarder la perte d’autonomie.

aide aux personnes âgées, aide sociale,

Des conseils simples pour aménager son domicile

Près de 450 000 personnes de plus de 65 ans font une chute à domicile chaque année. Il est parfois nécessaire de revoir toute l’organisation de la maison en fonction de la perte d’autonomie.

Adapter la cuisine à la perte d’autonomie

C’est dans la cuisine que se produisent 25% des accidents de la vie courante. Pensez à optimiser votre aménagement pour éviter les déplacements inutiles. Installez un extincteur à portée de main.  Préférez des plaques à induction (changement de température immédiat qui réduit les risques de brûlures) ou des plaques électriques équipées d’un voyant. Placez le four à hauteur de poitrine avec porte et poignée isothermes à hauteur de poitrine. L’évier doit être placé à hauteur de hanches. Le thermostat général doit être réglé à 38° maximum. Tous les placards doivent être accessibles sans avoir à se hisser. Stockez les ustensiles lourds en bas. Placez les prises électriques au niveau du plan de travail et multipliez les éclairages. Pour transporter les instruments lourds, pensez à utiliser une petite table roulante.

Aménager la salle de bains et les toilettes

Installez une rampe de soutien pour la baignoire ou la douche, et une autre près du siège des toilettes. Disposez des tapis antidérapants au fond et à la sortie de la  baignoire et de la douche. Privilégiez les portes coulissantes ou s’ouvrant vers l’extérieur pour éviter l’enfermement en cas de chute. Idem pour les portes de toilettes et de salle de bains. Veillez à aérer correctement la salle de bains. Prévoyez l’installation d’une douche avec siphon à l’italienne avec fauteuil.

La chambre : la bonne disposition

La chambre est placée idéalement près des toilettes et de la salle de bains. Au moment du coucher, prévoyez un verre d’eau pour éviter de vous déplacer la nuit. Installez un téléphone sans fil à portée de main ainsi que votre liste d’appels d’urgence et une lampe de poche. Évitez les descentes de lit, sources de glissements. Votre matelas doit être disposé à hauteur de genou (60 cm environ). Laissez de la place libre autour du lit et installez une chaise pour vous habiller.

Dans chaque pièce

Facilitez les déplacements et les accès aux fenêtres et portes en éliminant les obstacles inutiles (guéridons, pots de fleurs,…). Ne laissez ni fil ni rallonge électrique traîner au sol. Matérialisez les contremarches avec de la peinture claire et équipez le nez de marche de bandes antidérapantes. S’ils sont indispensables, fixez vos tapis. Confiez un trousseau de clés à vos proches.

D’autres conseils pratiques

Favoriser le déplacement de pièce en pièce et les actes du quotidien, éliminer les objets susceptibles de représenter un danger et éclairer de façon efficace chaque endroit de la maison sont les bases d’un domicile sécurisé. D’autres aménagements plus coûteux peuvent être envisagés comme :

  • automatiser la fermeture de volets,
  • équiper l’escalier d’un élévateur ou d’un fauteuil monte-escalier,
  • installer un système de téléassistance,
  • prévoir des rangements avec commande à distance,
  • installer un éclairage à détecteur de mouvement et des jardinières réglables en hauteur dans le jardin.

Les aides possibles en cas de perte d’autonomie

Les aménagements de l’habitat sont souvent onéreux ! Le coût moyen d’une adaptation d’un logement est de 10 000€.

Par exemple, dans le cas d’une maison individuelle ou d’un appartement de 75 m2 environ, on estime que les travaux visant l’aménagement intérieur du logement avec des interventions sur les pièces humides (WC, salle de bain) et une pièce de vie (chambre) se situent dans une fourchette comprise entre 6 000 et 9 400 €HT.

Toute personne effectuant des travaux d’amélioration de son logement peut bénéficier, sous conditions, d’aides financières d’institutions publiques et d’organismes privés. Elles sont nombreuses et il est souvent difficile de s’y repérer.

Il est conseillé de contacter en priorité l’association Soliha de son département (Solidaire pour l’Habitat).

Il fera l’interface entre la personne et les organismes susceptibles de l’aider dans le financement des travaux.

Les aides financières :

Elles peuvent être attribuées par :

• l’Assurance Retraite ou les Caisses d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail (Carsat) pour l’obtention d’une Aide à l’Amélioration de l’Habitat pour les personnes en perte d’autonomie légère.

• le Conseil départemental pour l’obtention de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie à domicile (APA) pour les personnes dépendantes. Il peut également participer au financement des adaptations du logement liées à la dépendance.

• l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) ;

• les institutions de retraite complémentaire…

Pensez également à consulter son centre des impôts.

 

Les aides techniques :

Quant aux aides techniques, leur prise en charge par l’Assurance maladie dépend de deux facteurs :

• leur inscription sur la Liste des Produits et des Prestations remboursables (LPP),

• la nature de l’aide.

Le taux de remboursement de ces produits est variable.

Si le financement de l’aide technique n’est pas pris en charge par l’Assurance maladie ou si le remboursement est insuffisant, contacter la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) pour les moins de 60 ans ou le Conseil départemental pour les plus de 60 ans.

 

Les prestations de la Cnav ou de la Carsat :

Ces prestations sont destinées aux retraités du régime général qui ne bénéficient pas de l’APA.

Il est possible de composer le 39 60 pour contacter la Carsat et obtenir plus d’informations sur les services prévention logement.

• Le “kit prévention”

C’est une subvention qui sert à financer les travaux d’adaptation du logement pour les aménagements les plus simples.

Ce kit comprend un ensemble d’aides techniques qui peuvent être utiles pour améliorer le confort de vie et faciliter les déplacements dans le logement.

• L’aide à l’habitat

Si la personne doit réaliser des travaux d’aménagement pour continuer à vivre chez elle, le dispositif d’aide à l’habitat assure un accompagnement des démarches par un professionnel de l’habitat et assure un soutien financier. Le montant de l’aide est déterminé en fonction du montant des travaux et des ressources, dans la limite du plafond défini par la Carsat.

Partage cet article :