Seniors au volant : jusqu’à quand peut-on conduire ?

Pas plus dangereuses, mais plus vulnérables : les personnes âgées doivent envisager la route autrement. Voici ce qu’il faut savoir pour être alerté si la conduite devient trop risquée, et trouver des solutions pour rester mobile et autonome le plus longtemps possible.

stimulation cognitive

En France, 64% des 65 ans et plus possèdent une voiture. Pour faire leurs courses, aller voir leurs proches, et tout simplement pour profiter de la retraite pour voyager et voir du pays, la voiture reste indispensable dans bien des cas. Conduire, c’est l’autonomie, la liberté, l’indépendance…
Mais c’est aussi savoir anticiper, être attentif, ne pas préjuger de ses forces et de sa santé. Jusqu’à quel moment peut-on raisonnablement conduire ? Quels sont les facteurs de risque à surveiller pour les seniors ? Et comment rester mobile et autonome à 65, 75, 85 ans… ? Nos réponses.

 

Conduite automobile : les seniors sont ils plus à risque que les autres sur la route ?

Commençons par le commencement : y a-t-il un “problème senior” sur les routes ? À intervalles réguliers, l’actualité nous amène à penser que c’est le cas. Et donc que “vieillir ou conduire, il faut choisir”. Sauf que c’est loin d’être aussi simple.

Sécurité routière : les conducteurs âgés sont plutôt moins dangereux...

Chaque année, l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) publie le bilan de la mortalité routière. Et chaque année, son constat est identique : les seniors sont les plus sûrs des conducteurs. En 2017, les accidents de la route mortels ont été causés :

  • à 19,3% par des 18-24 ans
  • à 22,3% par des 25-34 ans
  • à 21,6% par des 35-49 ans
  • à 17,8% par des 50-64 ans
  • et enfin à 16,9% par des 65 ans et plus

C’est donc bien les conducteurs plus jeunes qui causent le plus d’accidents fatals. L’explication ? Les seniors sont des conducteurs plus expérimentés… et rendus aussi plus prudents par la conscience de leurs propres limites.

... mais ils sont plus vulnérables

Le bilan de l’ONISR se lit toutefois bien différemment lorsqu’on s’intéresse, non plus aux responsables, mais aux victimes d’accidents de la circulation. Dans ce triste palmarès ce sont à la fois les plus jeunes et les plus âgés qui sont les plus touchés :

  • 108 tués par million d’habitants chez les 18-24 ans en 2017,
  • 88 tués par million d’habitants chez les 75 ans et plus,
  • alors que la moyenne nationale est à 53.

Moins dangereuses au volant, mais plus vulnérables en cas d’accidents mortels, les personnes âgées représentent plus du quart de la mortalité routière. Et elles courent aussi beaucoup plus de risques que les autres en cas d’accident non mortel : fractures, foulures et autres suites d’un accident automobile ont des conséquences bien plus lourdes avec l’âge.

 

Conduire à un âge avancé : quels sont les facteurs de risque ?

La vue baisse

C’est un fait : la vue baisse avec l’âge, et les seniors sont plus exposés aux maladies oculaires. Cet handicap est encore plus préoccupant lorsqu’il s’agit de conduire :

  • dans l’obscurité : un conducteur de 60 ans aura besoin de 5 à 8 fois plus de lumière qu’à 20 ans pour avoir une bonne vision de nuit, et ce dernier sera plus sensible à l’éblouissement causé par les phares des véhicules qu’il croisera ;
  • de jour : le champ de vision peut rétrécir jusqu’à 100° au-delà de 70 ans, alors qu’il est encore de 180° à 50 ans ;
  • à vitesse élevée : avec l’âge, le délai pour distinguer nettement un objet s’allonge.

 

Bon à savoir

Le code de la route exige au moins 5 dixièmes pour les deux yeux ensemble (si un œil a moins de 1 dixième, le deuxième œil doit avoir au moins 6 dixièmes) et un champ visuel horizontal des deux yeux d’au moins 120°.

 

L’audition se dégrade

Plus on vieillit, moins l’ouïe est bonne. Le phénomène, inéluctable, a un nom : la presbyacousie. Et il débute à partir de 50 ans. À 65 ans, 30% des seniors ont des problèmes d’audition : au volant, on entend donc moins bien les klaxons, le bruit du moteur d’un deux-roues… et l’on distingue moins bien d’où ils proviennent. On multiplie donc, même si l’on est attentif, le risque d’accident.

 

La motricité pose problème

Douleurs, raideurs, arthrose… peuvent créer des difficultés pour conserver sa trajectoire, éviter un obstacle inattendu, et plus globalement pour avoir la souplesse nécessaire pour effectuer une manoeuvre, passer un croisement sans risque…

 

Les médicaments peuvent être incompatibles avec la conduite

Répartis en 3 niveaux de dangerosité, certains médicaments sont incompatibles (ou problématiques) avec la conduite automobile. Il s’agit entre autres des somnifères, antidépresseurs, et tranquillisants, mais aussi de certains médicaments pour le cœur, contre la toux, les rhumes, les rhumatismes.
Si vous (ou votre proche âgé) êtes sous traitement, identifiés sur la boîte du médicament l’un de ces 3 pictogrammes.

    Bon à savoir

    Vous craignez que votre état de santé pose problème pour conduire ? Ou estimez nécessaire de faire le point sur votre vue, votre audition, votre motricité ? Les bilans de prévention des bénéficiaires d’une retraite complémentaire Agirc-Arrco sont accessibles dès 50 ans. Ils s'adressent aux personnes retraitées et aux actifs, ainsi qu'à leur conjoint ou leur aidant proche. Faire un bilan.

     

    Quels signes qu’il est temps de lâcher le volant ?

    Que faire lorsqu’il y a un doute sur votre capacité (ou celle d’un proche) à conduire ? Pour préserver sa sécurité et celle des autres, quelques signes peuvent déjà alerter :

    • la voiture a plus d’éraflures, de coups,

    • il y a eu récemment verbalisation pour une infraction de conduite,
    • le prix de l’assurance automobile a augmenté.

    Lors d’un trajet aux côtés d’une personne âgée, vous pouvez également effectuer quelques vérifications d’usage :

    • pense-t-elle à mettre sa ceinture ?
    • utilise-t-elle bien ses clignotants, ses rétroviseurs… ?
    • est-elle stressée, ou au contraire trop détendue et déconcentrée ?
    • a-t-elle des soucis aux intersections, pour se garer, sortir d’un parking…. ?
    • anticipe-t-elle bien les freinages ?

    Que faire si vous estimez qu’il y danger ?

    Vous pensez qu’il est devenu dangereux que votre proche prenne le volant ? Il peut s’avérer délicat de le priver de sa voiture de but en blanc. Se sentir “incapable” n’est pas idéal pour l’estime de soi. Et pouvoir continuer à se déplacer à son gré est un ingrédient essentiel d’une bonne autonomie.

    Deux options, donc, pour en avoir le cœur net et ne pas prendre de décision hâtive :

     

    Personnes âgées : quelles solutions pour rester mobile et autonome ?

    C’est désormais sûr : la conduite pour vous ou votre proche, c’est périlleux, voire impossible ? Voici comment rester malgré tout autonome aussi longtemps que possible.

    Adapter sa conduite

    Si la conduite reste possible sous conditions, il va s’agir de changer ses habitudes pour minimiser les risques :

    • adapter ses horaires : éviter les heures de pointe, ne pas prendre le volant de nuit ni entre 13h et 15h (là où les risques de somnolence sont les plus élevés),
    • adapter ses trajets : ne pas prendre la route pendant les grands départs, si les conditions météorologiques sont défavorables, privilégier les routes larges et bien dégagées et faire de vraies pauses régulièrement,
    • veiller à sa santé et à ses capacités en consultant régulièrement son médecin généraliste, ophtalmologue, ORL… mais aussi en faisant preuve de lucidité si une série d’incidents de conduite surviennent, et en maintenant une activité physique régulière,
    • malgré tout, garder l’habitude de conduire, en variant ses trajets : rien de plus dangereux que de prendre le volant quand on est “rouillé” !

    Adapter son véhicule

    Si c’est possible, faire l’acquisition d’une voiture mieux adaptée à l’âge du conducteur peut beaucoup aider. Un “bon” véhicule offre notamment :

    • une position de conduite confortable : dos bien droit, jambes tendues lorsqu’on débraye, haut du crâne à hauteur du haut de l’appui-tête…
    • un GPS (avec guidage vocal), pour se libérer des questions d’orientation et être plus attentif aux conditions de circulation et à l’environnement
    • une boîte automatique, une aide au stationnement et la détection d’obstacles

    Une voiture adaptée au senior, c’est autant de petites sécurités en plus pour conduire plus longtemps.

    Lâcher le volant… et se faire conduire

    Si enfin il faut se résoudre à lâcher définitivement le volant, il reste heureusement bien des solutions pour ne pas renoncer à se déplacer ! Transports en commun, taxis et VTC sont les plus évidentes, mais il en existe d’autres.

    Pour les personnes qui relèvent de ses caisses de retraite complémentaire, et sont âgées de plus de 75 ans, l’Agirc-Arrco a ainsi mis en place Sortir Plus : accompagné de la porte de chez lui à sa destination (et retour), votre proche âgé conserve la possibilité d’aller faire ses courses, de se rendre à ses rendez-vous, de rendre visite… en toute autonomie.

    Guide des aidants : 7 astuces

     

    Vous aidez un proche au quotidien ?
    Retrouvez nos trucs et astuces

    Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que vous nous communiquez font l’objet d’un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l’exécution de sa mission d’action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution, y compris les assistantes sociales et, s’il y a lieu, ses partenaires et ses sous-traitants éventuels.
    Vous pouvez demander l’accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe malakoff médéric humanis – cellule Protection des données personnelles - 141, Rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

    Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu