Proche aidant : comment échanger avec les soignants?

Médecins, infirmiers, kinés, auxiliaires de vie… Beaucoup de professionnels peuvent se succéder auprès d’une personne âgée. Et pour ceux qui l’aident, il n’est pas toujours simple de bien se comprendre. Nos conseils pour constituer une équipe soignant-aidant soudée… et harmonieuse.

Proche aidant : comment échanger avec les soignants?

Vous aidez un proche, avec des problèmes de santé (qui peuvent être simplement liés à l’âge ou plus préoccupants) ? Les relations avec les personnels soignants ou les auxiliaires de vie sociale font donc partie de votre quotidien. Et, comme Marie dans notre web-série Non stop, ce ne sont pas forcément les moments que vous préférez…

 

 

Aidant-soignant : des relations compliquées ?

Pour Graziella Cotti, psychologue clinicienne et psychologue du travail, aidant et soignants se retrouvent dans une situation délicate. “Le professionnel est sous le regard critique de l’aidant, sur des questions de patience, de chaleur humaine envers la personne aidée. Et l’aidant se sent jugé dans ses échanges affectifs avec son proche”.

Entre le soignant, qui exerce au mieux son activité professionnelle, et l’aidant confronté à des situations humaines (et pratiques) délicates, la défiance peut s’installer. “Or elle est toxique, et peut avoir pour conséquence d’isoler l’être aidé”, poursuit Graziella Cotti.

Restaurer la confiance aidant-soignant, un enjeu essentiel

Sans confiance, pas d’échange de qualité. Et tout le monde est victime dans ces cas-là : le soignant ou l’auxiliaire de vie qui n’a pas les moyens d’effectuer correctement son travail, l’aidant qui accumule stress et frustration… et bien sûr le proche aidé, pris entre deux feux.

Restaurer la confiance, en revanche, va permettre :

  • au soignant de mieux comprendre comment prendre en charge la personne dépendante, comment s’adresser à elle, quels sont ses soucis,

  • à l’aidant de maîtriser les enjeux médicaux, de ne pas être submergé par des termes de santé ou administratifs obscurs,

  • à l’aidé enfin de bénéficier des soins et attentions dont il a besoin.

 

 

Comment (re)partir du bon pied avec les soignants ?

Profiter des consultations pour établir le dialogue

En France, sur 8,3 millions de personnes qui aident un proche de façon régulière, presque la moitié ont une activité professionnelle. Et des enfants, un conjoint… Pas simple de concilier travail, famille, et soutien à un proche dépendant.

Or les rendez-vous peuvent se succéder à un rythme soutenu au domicile du proche : médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, les différents intervenants de l’aide à domicile... Malgré la difficulté à s’organiser pour y assister, être présent au moins lors des premiers rendez-vous est important. Car c’est l’occasion de parler, échanger, évoquer les points sensibles...

 

Mettre les points sur les “i”... avec les formes

Les soignants et auxiliaires de vie ont pour eux la connaissance “technique”. En tant qu’aidant vous avez la connaissance humaine et intime de votre proche. Les deux sont indispensables au bien-être de l’aidé.

Les premières consultations, avant que chacun trouve ses marques dans cette relation à trois aidant-soignant-aidé, sont donc cruciales. À la fois pour expliquer quelques détails pratiques (ce que vous attendez de l’auxiliaire qui viendra régulièrement, où sont les affaires et ustensiles essentiels, ce qu’aime ou n’aime pas votre proche…).

Mais aussi pour établir quelques règles de bon fonctionnement :

  • prévenir et être prévenu en cas d’empêchement,

  • organiser régulièrement des discussions pour savoir comment évolue la situation de votre proche,

  • être alerté dès que nécessaire, mais pas dérangé pour des broutilles...

 

J’ai hébergé pendant 9 ans ma mère handicapée. Elle est devenue grabataire, allongée sur le dos dans son lit, sans pouvoir bouger. Nous avons passé de fabuleux moments de bonheur, très complices mais nous avons soufferts au niveau des intervenants. Impossible que les différents corps de services et de soins ne se coordonnent…

 

Prendre du temps en tout confiance

Passé le cap des premiers rendez-vous, vous allez pouvoir prendre un peu de temps. Mais pas disparaître pour autant ! Dans l’épisode de notre web-série Non stop, la discussion de Marie et Malika, l’auxiliaire de vie de sa maman, montre qu’échanger régulièrement avec le ou les professionnels qui visitent votre proche est important.

Ces discussions permettent d’avoir des informations “fraîches” sur la situation de votre proche. Et de disposer des clés pour prendre le relais au niveau médical, au sujet de ses habitudes alimentaires, de son sommeil, de ses activités ou de sa vie quotidienne…

Elles offrent enfin au soignant, qui ne voit parfois votre proche qu’en coup de vent, des informations précieuses sur l’impact de son traitement. Conclusion ? Aidant et soignant constituent une équipe. Plus elle est soudée, plus l’aidé en bénéficiera…

 

 

Suivez le guide des 7 recettes entre aidants

 

Vous aidez ? Suivez le guide !
7 recettes pour une relation aidant-aidé harmonieuse

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que nous communiquez font l'objet d'un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l'execution de sa mission d'action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaire en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution y compris les assistantes sociale et s'il y a lieu, ses partenaires et sous-traitants éventuels. Vous pouvez demander l'accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe HUMANIS - cellule Protection des données personnelles - 141, rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu