NON STOP - épisode 10 : L’entrée d’un proche dans un établissement : une décision difficile

Lorsque l’état de santé d’un proche dépendant se dégrade, que son habitation devient inadaptée malgré les aménagements possibles ou que l’aidant n’est plus en mesure de s’en occuper, l’aidé ne peut plus rester seul à son domicile et la question du départ en établissement se pose, souvent dans la douleur.

 

NON STOP - épisode 10

Cette décision est généralement le fruit d’un long cheminement. L’aidé peut alors éprouver un sentiment d’abandon et en faire le reproche à l’aidant, qui, de son côté, culpabilise et se sent en échec. L’entrée en établissement devient alors particulièrement pénible…et pourtant, il n’y a plus le choix.

 

conseil

Simplifiez vos recherches d’établissements d’hébergement pour personnes âgées grâce à l’annuaire des établissements sur Essentiel Autonomie. Comparez et localisez les maisons de retraite en indiquant le département, la ville ou le nom de l’établissement.

 

Se préparer à l’entrée en établissement

Si comme Marie, l’entrée en établissement d’un proche est difficile et vous inquiète, anticiper la décision et en parler avec la personne aidée vous permettront de mieux vous y préparer. Prenez le temps de visiter quelques établissements, de rencontrer les directeurs et les équipes de soignants et faites-vous aider par votre famille, vos amis, d’autres aidants qui vivent la même situation que vous ou par un psychologue pour passer le cap.

 

Ma sœur et moi-même sommes en conflit permanent avec notre père qui refuse de faire entrer ma mère en institution sous prétexte que ça ne sert à rien et que ça ne la guérira pas. Il refuse toujours la maladie. L’assistante sociale a essayé également de faire comprendre à mon père que l’accueil de jour serait très bien pour elle et pour lui, mais en vain… Nathalie

 

bon à savoir

Humanis a mis en place des groupes de parole. Ces groupes de parole sont des lieux d’échanges. Une psychologue anime et invite les aidants à faire part de leurs expériences au sein d’un groupe. Ces groupes sont soumis à des règles de confidentialité, garantissant un climat de confiance. Pour toute information, vous pouvez contacter le service Accompagnement Autonomie d’Humanis au 01 58 82 62 39.

 

Echangez, partagez votre expérience et informez-vous sur les aides possibles grâce aux cafés des aidants. Ils sont ouverts à tous les aidants quels que soient l’âge et la maladie de la personne accompagnée. La liste des Cafés des aidants, est disponible sur aidants.fr. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de l’Action sociale de votre Institution de retraite complémentaire ou d’un Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique (Clic).

 

L’action sociale de votre caisse de retraite complémentaire ou celle de votre proche peut vous accompagner, vous conseiller et vous orienter vers un établissement adapté.  Dans tous les cas, faites confiance à la capacité de votre proche à se construire une nouvelle vie et à l'équipe de professionnels qui l'entoure.

 

Des problèmes de santé ont nécessité l'hospitalisation de mon mari et j'ai dû me résigner à faire une demande d'hébergement dans un centre spécialisé. Il n’y a pas de mot assez fort pour décrire l'immense peine et la culpabilité ressenties. J'aurais tout donné pour le garder avec moi mais aujourd'hui, avec le recul, je sais que je n'aurais pas eu la force et la santé mentale pour le faire. Maintenant, j'ai du soutien, et comme je me sens supportée, je sais que je pourrai l'accompagner jusqu'au bout. Comme il n'était plus bien dans mon monde à moi, je vais maintenant le rejoindre dans le sien et nous partageons chaque jour de tendres moments. Fiona

 

Les conseils de Graziella Cotti, psychologue clinicienne et psychologue du travail : le départ d'un proche dans un établissement de soin

L’étape du départ en établissement d’un proche aidé est sûrement une des plus difficiles dans un parcours d’aidant.

 

Elle remet bien souvent en question toutes nos valeurs, notre conception de la vie et des liens familiaux. Elle questionne, par exemple, le pouvoir et les limites de la volonté de l’amour filial.

 

Pourtant, de même que la mère doit progressivement renoncer à être l’alpha et l’oméga de son enfant,  l’aidant doit, à l’aide des professionnels de santé ou d’autres aidants, anticiper l’évolution de la situation afin de trouver les meilleures conditions. Mais souvent, anticiper une telle situation est vécu comme une ‘préméditation’ très culpabilisante, alors que laisser les évènements décider  (la chute qui contraint à une prise en charge en urgence par exemple) est une situation qui s’impose à nous, et qui nous protège d’un choix cornélien.

 

Pourtant, et c’est le paradoxe, s’en remettre aux aléas est un véritable abandon de l’aidé, qui survient le plus souvent dans une période critique et déterminante.

 

Anticiper ne doit pas se résumer à un arbre décisionnel, mais plutôt à la clarification des options possibles face à des situations potentielles. Il s’agit pour l’aidant de négocier le passage de la culpabilité (soumission aux aléas) à la responsabilité (lucidité et anticipation des besoins de l’aidé, mais aussi respect de ses désirs et de son identité). Enfin, comme dans toute décision complexe, c’est grâce à l’échange qu’une issue acceptable et libératoire sera trouvée.

 

Conseil

L’entrée en établissement d’un proche est une étape difficile mais que chacun peut réussir. Vous êtes inquiet, vous culpabilisez ?  Faites confiance à la capacité de votre proche à se construire une nouvelle vie et à l'équipe de professionnels qui l'entoure.

Sur Essentiel Autonomie vous trouverez un annuaire de tous les établissements vous permettant de comparer les tarifs et les services proposés, ainsi que des solutions pratiques.

 

 

 

Maman Blues

Au téléphone, Marie s’inquiète pour sa mère partie quelques jours en maison de retraite. Rassurée par l’équipe soignante, Marie fait une surprise à son mari Yoan en pensant lui faire plaisir…

 

 

Obtenez votre guide pratique
10 ASTUCES pour faciliter l’entrée en maison de retraite

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que nous communiquez font l'objet d'un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l'execution de sa mission d'action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaire en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution y compris les assistantes sociale et s'il y a lieu, ses partenaires et sous-traitants éventuels. Vous pouvez demander l'accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe HUMANIS - cellule Protection des données personnelles - 141, rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu