Héberger un proche en perte d'autonomie chez soi

Héberger chez soi un proche en perte d’autonomie peut être une alternative à un hébergement en maison de retraite, que ce soit pour des raisons économiques ou affectives.

Retrouvez ci-dessous nos conseils pratiques ainsi que les informations sur les aides dont vous pouvez bénéficier. 

Héberger un proche : questions à se poser et conseils d’organisation

Héberger un proche en perte d’autonomie est une décision qui doit être réfléchie car cela peut avoir des répercussions sur votre vie personnelle.

Les questions à se poser

Degré d’autonomie

Quel est le degré de perte d’autonomie de la personne et les soins nécessaires au quotidien ?

Certaines maladies comme la maladie d’Alzheimer peuvent être difficiles à gérer.

 

Habitat

L’habitation est-elle suffisamment grande et adaptée ?

Des aménagements peuvent être nécessaires ainsi que des équipements particuliers.

 

Organisation et vie de famille

Avez-vous du temps à lui consacrer ? Qui va s’en occuper ?

 

Les autres personnes vivant avec vous sont-elles d’accord ?

Les autres parents de la personne accueillie sont-ils d’accord ?

Quelles seront les règles de vie ?

Leur accord préalable est préférable pour éviter des conflits familiaux plus tard.

 

Accueillir un proche en perte d’autonomie chez vous peut bousculer votre vie de famille.

 

Quelle organisation au quotidien ?

Il est important que la personne ait son propre espace, et pas simplement un lit dans votre salon. Il est conseillé de lui mettre à disposition une chambre, avec un coin toilette si possible. Certains travaux d’adaptation peuvent être nécessaires : lit adapté, éclairage, sols non glissant…., barre d’appui, WC rehaussés.

En fonction de la perte d’autonomie de la personne, n’hésitez pas à vous faire épauler en faisant appel à un service d’aide et de soins à domicile. Pour souffler un peu, vous pouvez inscrire votre proche dans un centre d’accueil de jour. Et si vous devez partir en vacances, un certain nombre d’Ehpad propose des courts séjours ou séjours temporaires.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Pour vous aider à trouver un accueil de jour, un séjour temporaire, Humanis vous propose son annuaire complet des Ehpad et des Résidences Autonomies.  

 

Votre proche bénéficie de l’Apa et vous pouvez vous-même apporter l’aide dont il a besoin, vous pouvez être rémunéré en tant qu’intervenant à domicile dans le cadre de l’Apa qu’il perçoit. Pour que la cohabitation se passe le mieux possible, fixer aussi des règles de vie :

  • horaire des repas,
  • tâches ménagères : n’hésitez pas à associer la personne hébergée,
  • utilisation de la télévision etc.

 

Héberger un proche : les aides financières

Vous hébergez un proche en perte d’autonomie chez vous, vous pouvez bénéficier d’aides financières et d’avantages fiscaux.

L’Apa à domicile

Si la personne que vous hébergez bénéficie déjà de l’Apa à domicile, elle peut continuer à bénéficier de son plan d’aide personnalisé à votre domicile. Vous devez simplement informer le Conseil départemental et le service d’aide à domicile du changement de domicile.

Si la personne ne bénéficie pas de l’Apa et en fonction de l’aide dont elle a besoin, vous pouvez faire une demande en vous adressant à votre Conseil départemental.

 

Bon à savoir

Votre proche bénéficie de l’Apa et vous pouvez vous-même apporter l’aide dont il a besoin, vous pouvez être rémunéré en tant qu’intervenant à domicile dans le cadre de l’Apa qu’il perçoit.  

 

Les avantages fiscaux

Une majoration du nombre de parts : si la personne hébergée est titulaire de la carte d’invalidité, vous pouvez bénéficier d’une part supplémentaire. Le revenu de la personne doit être ajouté à vos revenus. Une déduction du revenu imposable : si vous hébergez à votre domicile un proche dans le besoin de plus de 75 ans à titre gracieux, vous pouvez déduire de votre revenu imposable 2017 une somme forfaitaire de 3 445 €.

Conseils pour le maintien à domicile d'un proche

Votre proche en perte d'autonomie vit à domicile ?

Téléchargez le guide des conseils pour être bien chez soi

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que nous communiquez font l'objet d'un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l'execution de sa mission d'action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaire en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution y compris les assistantes sociale et s'il y a lieu, ses partenaires et sous-traitants éventuels. Vous pouvez demander l'accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe HUMANIS - cellule Protection des données personnelles - 141, rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu