Loi d’adaptation de la société au vieillissement : quel bilan ?

Les aidants connaissent-ils leur statut ? Comment les entreprises accompagnent-elles les aidants salariés ? A l’occasion de la Journée Nationale des Aidants, le 6 octobre 2018, Humanis et OpinionWay ont mené l’enquête et tirent le bilan de la loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV).

Aidant la loi n'a pas fait ses preuves

Plus de 8 millions de personnes en France aident un proche. Chaque année, la Journée Nationale des Aidants du 6 octobre est l'occasion de donner un coup de projecteur sur la réalité des aidants familiaux, leurs profils, leurs besoins et leurs attentes.

A l’occasion de la 9ème édition de la Journée nationale des aidants, Humanis et OpnionWay se penchent sur la loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement (ASV), entrée en vigueur le 1er janvier 2016.

 

Bon à savoir

Que dit la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement ? « La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement prévoit un budget de 700 millions d’euros par an pour l’accompagnement de l’autonomie des personnes âgées. La loi réforme et revalorise l’APA, c’est-à-dire l’allocation personnalisée d’autonomie, en augmentant le nombre d’heures d’aide à domicile par exemple, reconnait le rôle des proches aidants et crée un droit au répit pour les aidants ».

 

 

L’aidant connaît-il son statut ?

L'aidant connait il ses droits

 

Etre aidant est loin d’être anodin et peut avoir des impacts sur la vie familiale, personnelle et professionnelle.

 

Pourtant, le statut d’aidant, créé par la loi d’adaptation de la société au vieillissement, reste mal connu. Si 56% des aidants ont entendu parler de la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement, seul 1 sur 5 dit connaître précisément ce statut.

 

Au-delà de ces chiffres, les aidants ignorent les dispositifs qui leur sont proposés. Par exemple, 32% des salariés qui accompagnent un proche en situation de dépendance n’ont jamais entendu parler d’un congé spécial pour les aidants. Il s’agit du congé proche aidant qui permet de s'occuper d'une personne handicapée ou faisant l'objet d'une perte d'autonomie d'une particulière gravité.

 

 

Que fait l’entreprise pour les aidants ?

 

que fait l'entreprise

 

 

Le nombre de salariés qui s’occupent d’un proche dépendant ou malade ne cesse d’augmenter. Conscientes de cette réalité, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à mettre en place des solutions d’accompagnement.

 

Pourtant, selon l’étude OpinionWay pour Humanis, 66% des aidants en poste n’ont pas entendu parler d’un dispositif pour les aidants dans leur entreprise et 2 aidants sur 5 n’ont pas du tout entendu parler de la reconnaissance juridique de leur statut d’aidant.

Une situation d’autant plus difficile que les aidants rencontrent des difficultés pour évoquer leur situation auprès de leur entourage professionnel. Seul 1 aidant sur 5 a informé son entourage professionnel de sa situation et 37% d’entre eux considèrent qu’être aidant est un frein à leur carrière.

Ces résultats permettent de tirer un constat : deux ans après, la loi n’a pas encore fait ses preuves. L’interprétation de certains de ses aspects législatifs reste floue. Il en résulte, pour les aidants, une difficulté à connaître leurs droits et l’ensemble des dispositifs qui peuvent leur être proposés au sein de leur entreprise.

On observe que la loi a eu un impact limité sur la vie des aidants. Seul 1 aidant sur 3 considère que sa vie est plus simple depuis la loi.

 

 

Vous aidez ? Suivez le guide !

7 recettes pour une relation aidant-aidé harmonieuse

 

 

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que nous communiquez font l'objet d'un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l'execution de sa mission d'action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaire en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution y compris les assistantes sociale et s'il y a lieu, ses partenaires et sous-traitants éventuels. Vous pouvez demander l'accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe HUMANIS - cellule Protection des données personnelles - 141, rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

 

 

[1] Etude pour Humanis réalisée auprès d’un échantillon de 503 aidants issu d’un échantillon de 1 785 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle et de région de résidence. L’échantillon a été interrogé par questionnaire auto-administré en ligne sur un système CAWI (Computer Assisted Web Interview). Les résultats de ce sondage doivent être lus en tenant compte des marges d’incertitudes : 1,9 à 4,5 points au plus pour un échantillon de 500 répondants. Les résultats de ce sondage doivent être lus en tenant compte des marges d’incertitude : 1,9 à 4,5 points pour un échantillon de 500 répondants.

Partage cet article :

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu