CLIC, GIR, APA, ASH... Mais que signifient ces sigles ?

ALF, ALS, ou APL ? MAPA ou MAPAD ? Si vous aidez une personne dépendante, vous êtes souvent confrontés dans vos démarches à ces abréviations un peu barbares… Ce qu’ils signifient, à quoi servent-ils, vous concernent-ils : les réponses dans ce lexique.

Lexique des sigles utiles pour les aidants

Un proche âgé, encore autonome ou dépendant, mais qui a besoin de votre soutien. Un enfant malade ou affecté d’un handicap. Que vous y consacriez de nombreuses heures par semaine ou quelques instants seulement, vous faites partie des 8,3 millions d’aidants familiaux (ou “naturels”) que l’on dénombre en France.

Et sans doute que l’une des tâches que vous appréciez le moins consiste à accompagner votre proche dans ces démarches administratives… Il est vrai que c’est loin d’être limpide. Selon sa situation de santé (handicap, vieillissement, maladie de type Alzheimer), ses finances, son mode de vie (à domicile ou en institution), les interlocuteurs et les dispositifs ne sont pas les mêmes. Vous êtes tous les deux un peu perdus ? Ce lexique va vous aider à vous y retrouver.

Les aides parentales

 

AEEH : Allocation d’Éducation de l’Enfant Handicapé

Si vous assurez la charge d’un enfant en situation de handicap, l'Allocation d'Education de l'Enfant Handicapé vient compenser les frais d’éducation et de soin. Elle n’est pas soumise à condition de ressources.

L’AEEH est modulée en fonction de l’importance du handicap, et peut-être majorée si la situation de l’enfant demande des soins coûteux, ou le recours à une tierce personne.

En savoir plus sur l'AEEH

AJPP : Allocation Journalière de Présence Parentale

En raison d’une maladie, d’un handicap ou d’un accident, vous devez interrompre votre activité pour rester auprès de votre enfant ? L'Allocation Journalière de Présence Parentale vous est attribuée pour chaque jour de congé pris dans cette situation (dans la limite de 22 jours par mois).

En savoir plus sur l'AJPP

Suivez le guide des 7 recettes entre aidants

 

Vous aidez ? Suivez le guide !
7 recettes pour une relation aidant-aidé harmonieuse

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que nous communiquez font l'objet d'un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l'execution de sa mission d'action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaire en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution y compris les assistantes sociale et s'il y a lieu, ses partenaires et sous-traitants éventuels. Vous pouvez demander l'accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe HUMANIS - cellule Protection des données personnelles - 141, rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

Les aides au logement

Le loyer (ou le remboursement d’un emprunt immobilier) fait partie des postes de dépense les plus importants. Pour en réduire la charge, plusieurs allocations existent. Les démarches sont à effectuer auprès de la CAF, qui a mis en ligne un simulateur pour vous permettre d’estimer le montant de l’APL à laquelle vous pouvez prétendre.

ALF : Allocation au Logement Familial

L'Allocation de Logement Familial est destinée aux aidants familiaux, qu’ils aient à leur charge un proche âgé ou un enfant dépendant. C’est la situation familiale qui détermine si vous pouvez y prétendre, et le montant de l’allocation.    

En savoir plus sur l’ALF

ALS : Allocation Logement Social

L'Allocation de Logement Social vient compléter l’APL et l’ALF, et permet aux personnes qui ne peuvent bénéficier ni de l’une, ni de l’autre, de réduire le montant de leur loyer, de leur emprunt immobilier sous certaines conditions, ou des frais de résidence en foyer.    

En savoir plus sur l’ALS

APL : Aide Personnalisée au Logement

Si vous ou votre proche ne bénéficie ni de l’ALS, ni de l’ALF, vous pouvez demander à bénéficier de l'Aide Personnalisée au Logement. L’APL est destinée à réduire le montant de votre loyer ou mensualité d'emprunt immobilier.

En savoir plus sur l’APL

 

 

 

Les autres aides financières

AAH : Allocation aux Adultes Handicapés

L'Allocation aux Adultes Handicapés est une aide qui vise à attribuer un revenu minimum aux personnes en situation de handicap. L’AAH est attribuée (généralement par la CAF) sous réserve de respecter 4 critères : incapacité, âge, nationalité et ressources. Elle est modulée en fonction du taux d’incapacité, et peut être complétée par d’autres aides au besoin.    

ACTP : Allocation Compensatrice pour Tierce Personne

Servant à rémunérer une tierce personne (ou le personnel d'un établissement de soins), l'Allocation Compensatrice de Tierce Personne a été remplacée par la Prestation de Compensation du Handicap (PCH, voir ci-dessous). Ceux qui en bénéficiaient avant ce changement peuvent toutefois continuer à la percevoir, s’ils en font la demande expresse lors du renouvellement.

APA : Allocation Personnalisée d’Autonomie

Comme son nom l’indique, l’Allocation Personnalisée d’Autonomie - APA - est versée aux personnes qui subissent une perte d’autonomonie (selon le barème de l’AGGIR), et âgées de plus de 60 ans. Elle est versée par le conseil départemental, que la personne reste à son domicile (on parle alors d’APA à domicile) ou en établissement (APA d’établissement).

Fiche pratique : comment demander l'APA ?

ARDH : Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation

Après une hospitalisation, votre proche est de retour chez lui ? L’ARDH sert à financer les éventuels aménagements ou les soins programmés à domicile dans les premiers temps de son retour, le temps qu’il retrouve son autonomie. Ou qu’il soit déclaré éligible à l’APA (voir ci-dessus).

ASPA : Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées

L’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA) est le dispositif qui remplace ce que l’on appelait autrefois le minimum vieillesse. À demander à la (ou les) caisse(s) de retraite de la personne concernée, ou à défaut à sa mairie, elle fournit aux personnes un revenu minimum selon conditions d’âge, d’éventuelle incapacité, de ressources et de nationalité.

Plus d’informations sur l’ASPA

PCH : Prestation de Compensation du Handicap  

La prise en charge du handicap occasionne des frais : aide humaine (via un aidant professionnel, familial, un prestataire agréé ou animale, matériel, etc. La Prestation de Compensation du Handicap, qui remplace désormais l’ACTP, sert à financer ces différentes dépenses. Ce sont les MDPH qui l’octroient après examen.

Plus d’information sur les aides au maintien à domicile

 

Des conseils SUR LES AIDES DISPONIBLES pour VOUS ET VOTRE PROCHE ?

Découvrez notre guide PDF "Aides et financements : identifier les bons organismes" !

 

 

Les organismes

AGIRC / ARRCO

L’AGIRC (Association générale des institutions de retraite des cadres) et l’ARRCO (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) sont les deux organismes le fonctionnement des organismes de retraite complémentaire des salariés. Ils gèrent également 17 centres de prévention pour aider à bien vieillir, et octroient des aides pour le maintien à domicile.

ANAH : Agence Nationale de l’Habitat

Un proche en situation de perte d’autonomie ? Si son maintien à domicile est possible mais nécessite d’effectuer des travaux, c’est vers l’Agence Nationale de l’Habitat qu’il faut se tourner pour obtenir aide et conseils.

ARS : Agences Régionales de Santé

Depuis 2010, elles ont remplacé les DRASS (Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales). À ce titre, elles cofinancent notamment les Ehpad.

CAF : Caisse d’Allocations Familiales

La Caisse d’Allocations Familiales verse la plupart des aides financières ou au logement. Ces allocations familiales ou sociales, dites prestations légales, sont donc à demander auprès de cet établissement placé  sous la tutelle du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé.

Carsat : Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail

Voir CNAV (ci-dessous).

CCAS : Centre Communal d’Action Sociale  

Dans votre ville, le Centre Communal d'Action Sociale (CCAS) sera l’un de vos principaux interlocuteurs. En particulier pour vos demandes d’aides auprès de l’État, du Département ou de la commune, les demandes de logement social, et globalement de toute demande d’information en matière de prévention. Le CCAS organise également de nombreux services à destination des personnes âgées (aide-ménagère, portage de repas à domicile, Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD)…

CLIC : Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique   

Véritable “guichet unique”, l’antenne locale du CLIC vous informe pour faciliter vos démarches, évalue vos besoins et aide à élaborer un plan d’accompagnement, voire coordonne les actions des différents intervenants,  professionnels de la gérontologie et du maintien à domicile, et organismes.

En savoir plus sur les CLIC, CCAS, MAIA...

CNAV : Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse   

Plus connue sous le nom d’Assurance Retraite (qui englobe aussi la Carsat), la CNAV gère la retraite du régime général des salariés. Elle dispense aussi des aides (pour les services à domicile, l’habitat, ou encore l’ARDH).

En savoir plus sur les aides de la CNAV/Carsat

CPAM : Caisse Primaire d’Assurance Maladie   

Pas directement concernée par les questions de dépendance, votre Caisse Primaire d’Assurance Maladie constitue toutefois une précieuse source d’information concernant le remboursement des soins, les prestations auquel un aidant familiale peut prétendre, etc.

MAIA : Méthode d’action intégration autonomie  

Comme les CLIC, les MAIA sont des guichets uniques locaux destinés à vous informer et vous aider dans la prise en charge d’une personne dépendante. Mais alors que les CLIC sont aptes à traiter toutes les situations de perte d’autonomie, les MAIA sont l’interlocuteur privilégié si vous accompagnez un proche atteint d’Alzheimer (ou d’un trouble apparenté).

MDPH : Maison Départementale des Personnes Handicapées

Les Maisons Départementales des Personnes Handicapées ont pour mission l'accueil, l'information, l'accompagnement et le conseil des personnes handicapées et de leur famille. C’est notamment vers elles qu’il faut se tourner pour demander une PCH (Prestation de Compensation du Handicap), ainsi que la sensibilisation de tous les citoyens au handicap.

SOliHA : Solidaire pour l’Habitat

Cette association loi 1901, qui dispose d’antennes dans tous les départements français, est le meilleur guide pour tout projet d’adaptation du logement à une personne en perte d’autonomie.

 

 

 

 

 

Les dispositifs et intervenants

AVS : Auxiliaire de Vie Sociale

Trois professionnels sont habilités à assister une personne dépendante à son domicile : les aides à domicile, assistants de vie, et auxiliaires de vie sociale. Les AVS (Auxiliaire de Vie Sociale) sont les plus diplômés et ont le champ d’intervention le plus large. Hors soins médicaux (qui doivent être dispensés par des infirmiers ou des aides soignants), ils accompagnent la personne suivie dans tous les actes du quotidien (repas, toilette, déplacements), s’assurent de son confort et de son bien-être.

CESU : Chèque Emploi Service Universel

Le CESU est aujourd’hui le principal dispositif pour rémunérer les aides à la personne. Il existe deux types de Chèque emploi service universel :

  • Le CESU bancaire, délivré gratuitement par les banques, qui fait office de contrat de travail, de bulletin de paie et de déclaration auprès de l’URSSAF.    

  • Le CESU préfinancé, délivré par les conseils départementaux, les institutions de retraite mutuelles ou assurances. Le bénéficiaire ne paie qu’une partie de la valeur faciale, et l’organisme prend en charge l’autre partie.

En savoir plus sur le CESU et les services à domicile

 

 

 

Les termes médicaux

AGGIR : Autonomie Gérontologie – Groupe Iso-Ressources 

La grille nationale Aggir a pour objectif d'évaluer le degré de dépendance, évalué de 1 à 6 (les niveaux 1 à 4 étant considéré comme relevant de la perte d’autonomie). Elle sert notamment à décider de l’octroi ou non de l'allocation personnalisée d'autonomie (Apa), et du montant de cette aide.

AVC : Accident Vasculaire Cérébral  

Un accident vasculaire cérébral (AVC), ou attaque cérébrale, est une défaillance de la circulation du sang qui affecte une région plus ou moins importante du cerveau. Il peut nécessiter des soins ou une rééducation dans un établissement spécialisé dans les maladies cardio-vasculaires.

En savoir plus sur l’AVC, et comment le prévenir

AVQ : Actes de la Vie Quotidienne

Les actes de la vie quotidienne, recensés dans une grille (la "Grille AVQ"), permettent de mesurer le degré de perte d’autonomie ou de dépendance d’une personne. La grille répertorie six tâches de la vie quotidienne : la toilette, l’habillage, l’alimentation, la continence, le déplacement et les transferts, et est utilisée en complément de la grille AGGIR (voir ci-dessus) pour déterminer le montant de l’APA.

DMLA : Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge  

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est une maladie dégénérative de la rétine d’évolution chronique. Elle touche les plus de 50 ans, pour qui elle constitue la première cause de malvoyance. Elle touche sélectivement la zone centrale de la rétine, entraînant une perte progressive de la vision centrale.

En savoir plus : comprendre, prévenir et soigner la DMLA  

LPP ou LPPR : Liste des Produits et des Prestations remboursables

Mise à jour chaque mois par l’Assurance Maladie, la LPP recense les produits et prestations qui donnent droit à un remboursement. Prothèses, matériel d’aide à la vie (notamment pour l’adaptation d’un logement à la dépendance), aliments diététiques, implants… sont concernés par cette liste.

 

 

 

 

Les lieux de soin et d’hébergement

CAJ : Centre d’Accueil de Jour  

Comme son nom l’indique, le Centre d’Accueil de Jour est un établissement médico-social accueillant en journée des personnes handicapées ne pouvant pas ou plus travailler, mais disposant toutefois d'une certaine autonomie physique ou intellectuelle.

En savoir plus : Aidants, les solutions pour souffler

Ehpad : Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

Les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes - EHPAD - sont les plus connues (et les plus “généralistes”) des structures adaptées aux personnes dépendantes. Elles sont médicalisées, et adaptées aux personnes de plus de 60 ans qui ne peuvent plus rester à leur domicile.

Mapa : Maisons d’accueil pour personnes âgées

Les maisons d’accueil pour personnes âgées, situées près des centres villes, étaient spécialisées dans l’accueil des personnes ne pouvant plus rester à domicile mais qui ne nécessitent pas une prise en charge médicale. On parle désormais pour ces structures de “foyers logement”.

Mapad : Maisons d’accueil pour personnes âgées dépendantes   

Les maisons d’accueil pour personnes âgées dépendantes - MAPAD - accueillaient les personnes atteintes de troubles du comportement, ou qui avaient besoin d’une assistance pour accomplir les actes de la vie courante. La plupart des Mapad sont devenus aujourd’hui des Ehpad.

PASA : Pôles d’activités et de soins adaptés

Les résidents d’Ehpad atteints de la maladie d’Alzheimer ou de troubles neuro-dégénératifs apparentés peuvent être accueillis chaque jour au sein d’un PASA. Par groupe de 12 à 14, un personnel spécialisé leur propose des activités (cuisine, exercice physique…) visant à préserver leur autonomie, prévenir les troubles du comportement, maintenir la sociabilité...

UHR : Unités d’Hébergement Renforcé

Comme les PASA, les UHR sont situés au sein de certains Ehpad, et proposent un hébergement pour 12 à 14 personnes. Elles accueillent des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée ayant des troubles du comportement sévères.

USLD : Unités de Soins de Longue Durée

Rattaché à un établissement de santé, un USLD est spécifiquement dédié à l’accueil de personnes très dépendantes, et nécessitant une surveillance médicale constante.

 

 

Obtenez votre guide pratique
10 ASTUCES pour faciliter l’entrée en maison de retraite

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que nous communiquez font l'objet d'un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l'execution de sa mission d'action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaire en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution y compris les assistantes sociale et s'il y a lieu, ses partenaires et sous-traitants éventuels. Vous pouvez demander l'accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe HUMANIS - cellule Protection des données personnelles - 141, rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu