Aidants : comment gérer les nuits de votre proche ?

Maladie, retour d’hospitalisation, perte d’autonomie, isolement… Votre proche aidé ne peut plus rester seul la nuit et l’entrée en maison de retraite ne fait pas partie de vos solutions ? La nuit peut vite devenir un moment de stress pour vous et votre proche aidé. Ernesti a la solution : une présence humaine en soirée ou pour la nuit qui rassurera aidant et aidé !

Seniors à domicile

La nuit : la problématique que redoute les aidants

La journée, un certain nombre d'aides s'offrent à l'aidant lorsqu'une présence devient nécessaire. C'est alors souvent une savante chorégraphie qui se met place : l'aide-soignant passe à 9h pour la toilette, à 10h l'infirmière arrive pour les soins, puis une auxiliaire de vie vient dans l'après-midi pour s'occuper de la maison mais aussi pour vérifier que tout va bien, et rebelote le lendemain.

Malheureusement, la nuit, c'est une tout autre histoire. Dès qu'il y a des soucis de déambulations ou de chutes, les périodes de nuit virent souvent au cauchemar. En effet, à part faire appel à une agence d'aide à domicile pour mettre en place des gardes de nuit coûtant aux alentours de 100€ par nuit, c'est bien au proche-aidant de s'impliquer s’il souhaite éviter l'entrée en maison de retraite. Être présent au domicile de son proche toutes les nuits de la semaine est épuisant voire souvent impossible, et c'est donc contraints et forcés que les aidants ont recours aux institutions.

 

Ernesti, des accompagnements de nuit pour personnes âgées par des étudiants en santé

Ayant des solutions pendant la journée, les aidants qui s’occupent d’un proche en perte d’autonomie se retrouvent bien souvent démunis lorsque la nuit devient aussi un problème. Ernesti apporte une solution nouvelle à ces besoins de présence la nuit en faisant appel à des étudiants en santé. Grâce à une plateforme en ligne, les aidants peuvent trouver des étudiants en santé et à proximité qui peuvent venir régulièrement passer la nuit au domicile de leur proche.

 

ERNESTI : Une histoire de famille

Pendant ses études de psychologie, Séverine, cofondatrice, a accompagné plusieurs personnes âgées environ 2 nuits par semaine. Désormais, Séverine cherche à démocratiser ce principe gagnant-gagnant. Son objectif : aider les aidants à gérer les nuits de leur proche aidé et permettre aux personnes qui n’ont pas envie d’aller en maison de retraite de rester à leur domicile.

 

 

Comment ça fonctionne ?

En fonction de son besoin, chaque famille se voit proposer une dizaine de profils de Chouettes. Ces Chouettes sont tous étudiants en médecine ou en paramédecine (soins infirmiers, orthophonie, etc.), et en fonction de la typologie de l’accompagnement, les profils de Chouettes proposés sont adaptés.

Une pathologie apparentée à la maladie d’Alzheimer se verra conseiller en priorité un étudiant en orthophonie, tandis qu’un accompagné en chimiothérapie verra d’abord le profil d’un étudiant en soins infirmiers. Chaque famille choisit sa Chouette via une vidéo de présentation d’une minute réalisée face caméra, de manière à percevoir l’énergie de chaque étudiant et ainsi choisir celui le mieux adapté.

Une fois le premier rendez-vous (une soirée ou une nuit) effectué au domicile de l’accompagné en sa présence, celle du proche-aidant et de la Chouette, et s’il s’est bien déroulé, le proche-aidant pourra alors de nouveau faire appel à son étudiant favori à une fréquence d’environ 2 nuits par semaine.

Une famille peut bien sûr faire appel à un roulement d’étudiant si elle désire plus de 2 nuits par semaine. La start-up limite volontairement le nombre de nuits qu’un étudiant peut faire de manière à toujours garantir un accompagnement dans les meilleures conditions.

 

Des accompagnements de nuit

Fonctionnant via le CESU, une nuit d’accompagnement reviendra après Crédit d’Impôt à 46€ à la famille, 83€ avant crédit d’impôt, lorsque l’étudiant aura été rémunéré 50€ net. La start-up se rémunère en prenant des frais de service sur chaque accompagnement à hauteur de 10€, le reste étant constitué des charges sociales.

Ces nuits d’accompagnements sont autant de moments de partage intergénérationnel à une époque où la jeunesse est de plus en plus séparée de ses grands-parents, souvent pour des raisons géographiques liées aux études.

 

Déjà plus de 400 nuits réalisées

Pour se faire connaître des du plus grand nombre, la start-up se rend tous les jours auprès des acteurs du terrain comme par exemple les Centres Locaux d’Informations et de Coordination (CLIC). De même, de l’autre côté, Ernesti rassemble aujourd’hui une communauté de 600 étudiants inscrits sur la plateforme et sera capable d’intervenir au niveau national dès 2019.

Lancée initialement à Bordeaux, la start-up est désormais aussi présente au cœur et aux environs des villes de Toulouse, Paris et Strasbourg.

 

 

Guide des aidants : 7 astuces

 

Vous aidez un proche au quotidien ?
Retrouvez nos trucs et astuces

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que nous communiquez font l'objet d'un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l'execution de sa mission d'action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaire en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution y compris les assistantes sociale et s'il y a lieu, ses partenaires et sous-traitants éventuels. Vous pouvez demander l'accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe HUMANIS - cellule Protection des données personnelles - 141, rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

Découvrez le reportage sur Ernesti

La plateforme qui met en relation étudiants en médecine et personnes âgées

 

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu