5 pistes pour aider un proche à rompre l’isolement

La solitude touche profondément les seniors. Mais ce n’est pas une fatalité, car il existe aujourd’hui une foule de possibilités pour ne pas rester dans son coin. Bénévolat, culture, voyage… Voici 5 pistes à explorer.

 5 idées pour rompre l’isolement des seniors

La solitude touche les personnes âgées, plus durement que les autres catégories d’âge. Plusieurs études montre en effet que :

  • 1 senior sur 4 vit seul,
  • 1 sur 2 sans lien amical,
  • et près de 2 sur 3 sans activité pour rompre l’isolement.

Avec la perte d’autonomie, le phénomène ne peut que s’accentuer. Si vous souhaitez qu’en dehors de vos visites votre proche garde le contact, suivez ces 5 conseils. Et téléchargez notre guide pour y puiser encore plus d’idées.

 

1. Impliquez-le dans une association

 

Avec le passage à la retraite, votre proche a (peut-être) éprouvé une certaine sensation d’inutilité. Tous les spécialistes en tous cas considèrent que la fin de la vie active constitue l’une des grandes ruptures dans la vie de nos aînés.

Ne laissez pas ce sentiment s’imposer. Soutien scolaire ou transmission de compétences, caritatives ou tout simplement distrayantes… L’implication dans une association est un formidable dérivatif aux coup de blues. Et au-delà de la sensation bénéfique d’être utile, permet de travailler en équipe et d’échanger.

 

2. Offrez-lui un bain de connaissance

 

Faire travailler ses méninges et aiguiser sa curiosité, c’est hautement recommandé à tout âge. Mais c’est encore plus bénéfique au troisième âge. Excellentes pour la mémoire, souveraines contre le repli sur soi, la culture et la connaissance constituent de vraies remèdes miracles.

Et en la matière, les personnes âgées n’ont que l’embarras du choix :

  • En ligne (via Canal U ou le CNED) ou en live (via l’UFUTA, l’Université Française de Tous les Âges), toutes les disciplines leurs sont accessibles.
  • Musées, salles de spectacles et cinéma sont quasi-tous accessibles à prix réduit aux seniors.
  • Municipalités, départements et régions ont mis en place de nombreux programmes d’accès à la culture pour le troisième âge.

Et même le fait de sortir de chez soi et de se déplacer n’est plus (autant) un obstacle qu’avant. Grâce en particulier à la carte d’inclusion mobilité, une personne encore capable de se déplacer bénéficie de facilités (stationnement, places handicapé, priorité sur les places assises et les files d’attente…). Utile pour sortir, ou tout simplement pour aller visiter des amis, la famille...

 

3. Facilitez-lui les contacts

 

C’est un fait : difficile aujourd’hui de se passer des nouvelles technologies. Pour s’informer, chercher des informations utiles… ou garder le contact avec des proches. Vous vous y connaissez un peu ? Un cousin ou une soeur peut-être ?

 

Passer un moment avec votre proche pour lui expliquer les rudiments de l’e-mail, des réseaux sociaux, et des nouvelles technologies en général va en tous cas se révéler très utile pour maintenir le lien avec ses petits-enfants, neveux, nièces… etc.

 

Et lorsque la famille n’est pas disponible, ou si les liens se sont distendus, sachez qu’il existe des services comme les appels de convivialité. Une à trois fois par semaine, votre proche peut grâce à ce service recevoir une appel d’une vingtaine de minutes. Au bout du fil, des bénévoles qui savent écouter...

 

4. Aidez-le à s’évader

 

Et pourquoi pas le sortir un peu de son train-train et de son environnement habituels ? Votre proche a beau être à la retraite, il a aussi droit de changer d’air… et de prendre des vacances.

Cela tombe bien, puisqu’il existe plusieurs dispositifs qui offrent aux personnes âgées des vacances à moindre coût (hors période estivale), potentiellement d’ailleurs avec leur aidant.

Avec ou sans vous, les voyages constituent en tous cas une excellente occasion de faire connaissance avec d’autres personnes, et tout simplement d'élargir ses horizons.


 

5. Envisagez d’autres formes d’hébergement

 

Lorsque vous, aidant, être présent, ou lorsque votre proche est de sortie pour une activité quelconque, tout va bien. Mais c’est souvent à la maison que le sentiment d’isolement frappe… Et s’il était temps de penser à une autre forme d’hébergement ?

Les formules permettant à une personne âgée d’accueillir sous son toit de jeunes adultes pour une colocation, ou via un organisme de logement social, commencent à se développer en France. Autres possibilités : la copropriété “service inclus”, l’habitat dit “groupé” ou communautaire… ces formules alternatives permettent à un senior de retrouver une vie de communauté sans avoir à se préoccuper des tâches ménagères et de l’organisation.

 

Guide des aidants : 7 astuces

 

Vous aidez un proche au quotidien ?
Retrouvez nos trucs et astuces

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que nous communiquez font l'objet d'un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l'execution de sa mission d'action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaire en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution y compris les assistantes sociale et s'il y a lieu, ses partenaires et sous-traitants éventuels. Vous pouvez demander l'accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe HUMANIS - cellule Protection des données personnelles - 141, rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu