10 idées d’activités à partager avec une personne âgée

Trouver l’activité qui vous rapproche de la personne âgée que vous accompagnez, c’est bon pour le moral… et le physique. Sport, culture, loisirs… Voici 10 idées de bons moments à partager avec une personne âgée, histoire de joindre l’utile et l’agréable.

10 idées d’activités à partager avec une personne âgée

Être présent, s’assurer de la qualité des soins, du confort… C’est essentiel, bien sûr. Et toute personne qui aide un proche âgé, voire dépendant, a ce genre de préoccupation en tête. Mais le rôle d’un aidant familial ne se limite pas à ces considérations purement factuelles. Prendre du plaisir à se voir, rompre la solitude, sortir son proche de son train-train quotidien est tout aussi essentiel.

Et pas seulement d’un point de vue psychologique. Une étude de l’Université de Californie a montré que les seniors bien entourés et accompagnés jouissaient d’une espérance de vie bien supérieure à ceux qui étaient isolés.

Discuter, faire travailler ses méninges ou ses muscles, et tout simplement prendre du bon temps… bref, trouver des activités que vous aurez plaisir à mener à bien avec votre proche, c’est donc joindre l’utile à l’agréable. Vous ne savez pas par où commencer ? Voici 10 idées dans lesquelles piocher. 

 

Des activités ludiques pour stimuler sa mémoire

 

Si votre proche est atteint d’Alzheimer, cette série d’activités à réaliser ensemble permettront de ralentir l’évolution de la maladie. Mais au-delà, « muscler » la mémoire se révèle bénéfique pour n’importe quelle personne âgée. La mémoire est un ingrédient essentiel du bien-être des seniors, pour conserver ses souvenirs, ses repères, et rester autonome le plus longtemps possible. Voici quelques idées pour l’entraîner.

 

1. Mettez-vous au sport cérébral

 

La mémoire est un muscle comme un autre : moins on la sollicite, plus elle s’atrophie. Heureusement, les « sports » qui vont servir à l’entraîner ne manquent pas. Et il y en a pour tous les goûts : sudoku pour les « matheux », mots croisés pour les littéraires, memories à faire avec les petits-enfants…

Tous ces jeux vous permettront de confronter vos connaissances, de faire travailler la mémoire de votre proche… et la vôtre, de façon ludique. Gagnant-gagnant !

 

 

2. Réalisez ensemble une revue de presse

 

Muni de quelques magazines et quotidiens, passez en revue l’actualité de la semaine. Focalisez-vous sur les sujets qui l’intéressent le plus (culture, économie, politique, sport…), et faites ensemble la synthèse des informations les plus marquantes : en quoi sont-elles intéressantes ou surprenantes ? Est-ce qu’elle rappellent des événements similaires à votre proche ? Qu’est-ce que cela lui inspire ?

En plus de vous fournir d’innombrables sujets de conversation, la revue de presse va aussi vous donner des idées de lectures, de sorties… et globalement stimuler la curiosité de votre proche.

 

3. Rédigez ses mémoires

 

Un projet de longue haleine, mais le jeu en vaut la chandelle ! Visite après visite, consacrez une partie de votre temps à le faire parler de sa vie quotidienne lors de son enfance, de sa jeunesse, à l’âge adulte… Vous pouvez par exemple enregistrer la conversation sur votre téléphone pour la retranscrire ensuite, et « repasser » l’épisode précédent lors de la visite suivante.

L’avantage de cette activité ? La mémoire à long terme est souvent assez bonne chez les personnes âgées, et partager ses « vieux » souvenirs permet d’impliquer non seulement votre proche et vous, mais aussi vos enfants, frères et sœurs, nièces et neveux…

 

4. Concevez un album-photo

 

Ouvrez donc les cartons, partez à la chasse aux trésors dans le grenier, et récupérez autant de vieilles photos que possible. Aidez ensuite votre proche à les trier, les sélectionner, et les commenter. Qui est sur cette photo?  Où étiez-vous ? Que faisiez-vous ? Quelle était cette occasion ?

Réaliser un album-photo complète très bien les activités précédentes. Solliciter la mémoire visuelle est en effet au moins aussi important que de faire travailler sa mémoire verbale. 

 

 

 

Sport et soin du corps : pour l’aider à se faire du bien

 

Moins mobiles, moins motivés aussi… Les seniors peuvent avoir tendance à prendre moins soin de leur corps. Or c’est bien sûr un ingrédient essentiel pour conserver son autonomie. Et pour encourager votre proche, quoi de mieux que de vous y mettre avec lui ?

 

5. Choisissez un sport (plus endurant que tonique)

 

Même si certaines personnes âgées réalisent d’incroyables performances dans des sports aussi extrêmes que le triathlon, on vous rassure tout de suite : l’objectif n’est pas de transformer votre proche en champion ! Plutôt de l’accompagner dans une pratique physique régulière… et amusante.

Ce qu’on recommande généralement ? Les activités d’endurance douce (marche, vélo) pour améliorer les capacités cardiorespiratoires, la natation et les gymnastiques douces (yoga, taï chi chuan ou qi gong, aquagym…).  Sans forcer, et en faisant selon ses capacités. Si vous avez des doutes ou avez besoin de conseils sur les pratiques qui correspondent à votre état de santé, n’hésitez pas à faire le point avec votre médecin traitant.

 

6. Maquillage, coiffure… Jouez la carte coquetterie

 

Prendre soin de soi, cela peut aussi consister simplement à se rendre belle (ou beau) ! Une séance de coiffure, de maquillage, une manucure… Ces petits soins qui n’ont l’air de rien offrent à votre proche l’occasion de renouer avec son corps, et avec l’estime de soi.

Surtout, ces activités sont aisées à programmer à deux, que ce soit à domicile, en maison de retraite, ou chez le professionnel concerné. Aucune excuse pour ne pas (se) faire plaisir !

 

Culture et loisirs créatifs : pour joindre l’utile à l’agréable

 

Quoi de mieux, pour le moral et pour la bonne entente, que de partager une passion commune ? En organisant des ateliers ou des sorties liés aux centres d’intérêt qui vous réunissent, vous faites d’une pierre deux coups : vous stimulez et sortez votre proche de son train-train, et vous transformez la visite en vrai moment de plaisir partagé.

 

7. Offrez-lui une sortie culturelle pour s’aérer la tête

 

Expositions, théâtre, cinéma, concert… Vous avez forcément un centre d’intérêt culturel en commun. Et votre proche, s’il est isolé, s’est peut-être un peu replié sur lui-même en abandonnant les sorties qui lui plaisait tant avant… En ville (même moyenne), les activités culturelles sont suffisamment riches pour établir un vrai programme de réjouissances culturelles.

L’avantage ? Ces sorties entretiennent la curiosité et font travailler les méninges. Mais elles favorisent aussi les échanges de points de vue, et entretiennent la sociabilité…

 

8. Cuisine, couture, jardinage : trouvez l’activité manuelle qui vous rapproche

 

Les recettes de grand-mère, c’est tout de même quelque chose… Mais lorsqu’on est seul, l’envie de cuisiner s’émousse forcément. Une sortie au marché, un recette réalisée en commun, et un bon repas en conclusion : joignez l’utile à l’agréable en revisitant à deux ou en famille le traditionnel déjeuner du dimanche !

Ni l’un, ni l’autre n’êtes très « fourneaux » ? Beaucoup d’autres activités manuelles sont envisageables. Tricot ou couture, peinture, dessin ou scrapbooking, bricolage ou jardinage… L’intérêt de toutes ces activités, en plus de partager la fierté d’un travail bien fait, c’est de développer la motricité fine (et la créativité).

Bonus : vous allez forcément apprendre beaucoup au contact de votre proche, qui a quelques années d’expérience d’avance sur vous !

 

9. Organisez des jeux de société, pour socialiser

 

Un peu comme les sports cérébraux évoqués plus haut, les jeux de société se révèlent excellents pour le cerveau. Ils aiguisent la rapidité de réflexion, entretiennent la mémoire… Et entre le Scrabble, le Pictionnary, la belote, le bridge ou le tarot, les possibilités sont infinies !

Autre avantage : ces activités sont éminemment sociales : en famille, avec ses amis, ou les autres résidents de sa maison de retraite… Le « tripot » que vous allez organiser risque bien de devenir un rendez-vous très couru.

 

10. Familiarisez-le avec les nouvelles technologies

 

Vous trouvez qu’Internet, les smartphones et autres écrans absorbent un peu trop vos enfants ? Certes, mais ce sont avant tout de formidables outils de communication ! Et ils sont devenus suffisamment simples d’utilisation pour qu’en quelques séances une personne âgée arrive à les prendre en main.

Avec une tablette ou un mobile, vous allez pouvoir enseigner à votre proche comment échanger sur les réseaux sociaux, les messageries, partager des photos, pourquoi pas se plonger dans la généalogie ou rechercher des informations, etc. Sans remplacer les « vraies » visites, ces applications permettront à votre papa ou votre maman d’échanger plus facilement avec ses proches à distance.

Suivez le guide des 7 recettes entre aidants

 

Vous aidez ? Suivez le guide !
7 recettes pour une relation aidant-aidé harmonieuse

Conformément à la réglementation sur la protection des données, les informations que nous communiquez font l'objet d'un traitement informatisé par votre institution de retraite complémentaire en vue de l'execution de sa mission d'action sociale et du respect des dispositions légales et réglementaire en vigueur. Les destinataires de ces données sont les membres habilités du personnel de votre institution y compris les assistantes sociale et s'il y a lieu, ses partenaires et sous-traitants éventuels. Vous pouvez demander l'accès et la rectification de vos données personnelles en écrivant au délégué à la protection des données de votre institution de retraite complémentaire à : protection-donneespersonnelles@humanis.com ou à Groupe HUMANIS - cellule Protection des données personnelles - 141, rue Paul Vaillant Couturier - 92246 MALAKOFF Cedex.

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu