L’habilitation familiale

Depuis le 1er janvier 2016, la procédure pour représenter un proche incapable de pourvoir seul à ses intérêts est simplifiée. Un nouveau dispositif appelé "habilitation familiale" permet aux proches d'une personne vulnérable de pouvoir la représenter, sans qu’il soit nécessaire de prononcer une mesure de protection judiciaire. Sa mise en place nécessite toutefois, l'intervention du juge des tutelles.

L’habilitation familiale, une nouvelle manière de protéger un proche vulnérable

L'habilitation familiale permet à un proche de solliciter l'autorisation du juge pour représenter une personne qui ne peut pas manifester sa volonté, afin d’assurer la sauvegarde de ses intérêts.
 

Quelles sont les personnes à protéger ?

Les personnes à protéger doivent être cumulativement :

  • hors d’état de manifester leur volonté 
  • être dans l’impossibilité de pourvoir seules à leurs intérêts en raison d’une altération, médicalement constatée, soit de leurs facultés mentales, soit de leurs facultés corporelles. 

Qui peut être habilité ?

Le juge peut habiliter une ou plusieurs personnes choisies parmi:

  • les ascendants 
  • les descendants
  • les frères et sœurs
  • le conjoint, le concubin ou partenaire de pacte civil de solidarité (sauf si la communauté de vies a cessé) de la personne à protéger.

Plusieurs personnes peuvent être habilitées, le juge déterminera pour chacune d’elle les conditions d’exercice de sa mission.
 

Quelle est l’étendue de l’habilitation familiale ?

Il ne s’agit pas de donner des droits à la personne habilitée, mais de lui donner le pouvoir d’effectuer certains actes.

L’habilitation peut être :

  • spéciale : elle peut porter sur un ou plusieurs actes relatifs aux biens de la personne à protéger et/ou à sa personne, que le tuteur a le pouvoir d’accomplir, seul ou avec une autorisation.
  • générale : si l’intérêt de la personne à protéger l’implique, le juge peut délivrer une habilitation générale portant sur l’ensemble des actes relatifs aux biens de la personne à protéger et/ou à sa personne.

L'habilitation familiale n’est pas une mesure de protection judiciaire, même si elle nécessite l'intervention d'un juge, car, une fois la personne désignée pour recevoir l'habilitation familiale, le juge n'intervient plus contrairement à la sauvegarde de justice, le mandat de protection future, la tutelle ou à la curatelle.
 

Les démarches à accomplir

Pour mettre en place une mesure d'habilitation familiale, une demande doit être présentée par l'un des proches ou par le procureur de la République au juge de tutelles du lieu de résidence habituelle de la personne pour laquelle la mesure est en place.
 

Demande d’habilitation familiale : que doit contenir le dossier ? 
 

La requête présentée au juge des tutelles doit énoncer les faits qui appellent cette protection et ne sera recevable que si elle est accompagnée des renseignements suivants au sujet de la personne protégée :

  • une copie intégrale de moins de trois mois de son acte de naissance
  • un certificat spécialement motivé et rédigé par un médecin inscrit sur la liste établie par le procureur de la République. Il est en de même en cas de demande de renouvellement de la mesure. Son coût forfaitaire, non pris en charge par l’Assurance-maladie, est de 160 € 
  • la convention de Pacs
  • un justificatif de domicile
  • la copie de la pièce d'identité du requérant 
  • un justificatif du lien de parenté entre le requérant et la personne à protéger (copie de livrets de famille etc.) 
  • éventuellement le mandat de protection future établi.

La décision du juge des tutelles

Lorsque le dossier est complet, il est transmis au juge qui examinera alors son contenu. 
 

Audience et réponse du juge des tutelles

Le juge examinera alors la requête et auditionnera le proche demandant l’instauration de l’habilitation et, si possible, la personne à protéger (sauf si celle-ci n'est pas en état d'être auditionnée ou si cette audition risque de porter atteinte à sa santé). 

Le juge s'assurera ensuite de l'adhésion des autres proches ou, à défaut, de leur absence d'opposition légitime à la mesure d'habilitation et au choix de la personne habilitée. Il s'assurera également que l'habilitation sera conforme aux intérêts patrimoniaux et, le cas échéant, personnels de l'intéressé. 

Une fois cette étape franchie, il statue sur le choix de cette personne et sur l'étendue de l'habilitation.

La décision du juge des tutelles peut faire l'objet d'un appel dans un délai de quinze jours à partir de la notification de la décision pour les personnes auxquelles la décision a été notifiée.
 

Durée de l’habilitation familiale

La durée maximale d'une habilitation familiale est fixée à 10 ans, renouvelable une fois. Le juge peut y mettre fin à tout moment si des difficultés surviennent. 

 

Partage cet article :

RESTEZ INFORMÉ

Recevez chaque mois par email :
  • Nos conseils santé, retraite, épargne, ...
  • Les nouvelles actualités
  • Des informations sur nos offres

Découvrir nos offres