Qu’est-ce que la dépendance et la perte d’autonomie ?

7,8 % des Français âgés de 60 ans ou plus sont dépendants *. Vieillissement de la population oblige, les personnes dépendantes sont de plus en plus nombreuses chaque année en France. La perte d’autonomie liée à l’âge ou au handicap entraîne des frais médicaux importants selon les situations.

dépendance et la perte d’autonomie

Définition de la perte d’autonomie

La perte d’autonomie ou dépendance se définit par l’impossibilité pour une personne d'effectuer par elle-même certains actes de la vie courante, dans son environnement habituel. Celle–ci peut survenir de façon brutale à la suite d’un accident, d’un choc psychologique (perte du conjoint), d’une maladie (comme Alzheimer ou Parkinson) ou s’installer de façon progressive et entraîner un besoin d'aide.

Reconnaitre les premiers signes de la perte d’autonomie, troubles physiques ou psychiques, est très important afin de pouvoir mettre en place le plus tôt possible les mesures adaptées à la situation et au choix de la personne. 

  • Les troubles physiques : troubles de l’équilibre tels que des trébuchements ou chutes, des difficultés à se lever, une marche hésitante…, perte de poids, fatigue, baisse de l’activité physique…
  • Les troubles psychiques : changement des habitudes alimentaires, diminution de l’hygiène, troubles de la mémoire, altérations de l’humeur (agressivité, apathie, tristesse…), isolement social…

 

Ces signes permettent d'alerter l’entourage et amener la personne âgée à consulter son médecin traitant afin de procéder à une évaluation globale en vue de mettre en place les mesures adaptées sur le plan médical et social.

 

Les niveaux de dépendance

Pour définir le degré de dépendance d’une personne, la grille AGGIR (Autonomie Gérontologique Groupe Iso-Ressources) définit six niveaux de dépendance : de GIR 6 à GIR 1.

Les personnes de la catégorie GIR 1 et GIR 2 sont les plus touchées par la perte d’autonomie : elles sont confinées au lit ou au fauteuil.

La catégorie GIR 6 regroupe des personnes qui ont conservé leur autonomie pour les actes principaux de la vie.

 

*Données Insee


 

Le coût de la dépendance

Etre dépendant ou avoir un proche en perte d’autonomie et situation de dépendance coûte cher. L’Insee a estimé l’effort financier pour les familles : près de 400 euros par mois en moyenne pour un bénéficiaire de l'allocation personnalisée d’autonomie (APA), près de 700 euros pour les personnes très dépendantes (GIR 1 et GIR 2), 1 500 euros pour une personne placée en institution spécialisée et entre 570 euros et 2 300 euros pour un malade d’Alzheimer selon qu’il vit à domicile ou en institution. 

Le budget alloué à la perte d’autonomie s’élève à 34 milliards d’euros chaque année en France : 24 milliards déboursés par l’État et 10 milliards d’euros déboursés par les particuliers, essentiellement pour l’hébergement en établissements spécialisés. Ces dépenses devraient augmenter de 10 milliards d’euros par an dès 2040 (2).

En moyenne, le coût d’une place en maison de retraite s’élève à 2 800 euros par mois. Faute de moyens, huit personnes dépendantes sur dix doivent faire appel à un proche pour contribuer aux coûts de leur prise en charge. Malgré les aides et les pensions de retraites existantes, il manque en moyenne entre 350 et 500 euros par mois pour faire face à ces dépenses liées à la perte d’autonomie (3).

 

Les aides liées à la perte d’autonomie

Les aides financières

Les personnes qui ont besoin d’aide dans leur vie quotidienne en raison de leur dépendance et leurs proches bénéficient d’aides pour faire face aux dépenses :

 

Mais avec l’avancée en âge de la population et la dégradation des finances publiques, l’État ne peut plus, seul, financer la solidarité. Une solution complémentaire peut être l’assurance dépendance.

Le soutien des proches

4,3 millions de personnes aident une personne dépendante de leur entourage, pendant 6 heures par jour en moyenne. Face à la lourdeur des soins à apporter, 40% des aidants se considèrent comme dépressifs. Afin d’optimiser l’aide apportée à ces personnes en perte d’autonomie, 350 000 postes d’infirmiers, aides-soignants et aides à domicile devraient voir le jour d’ici dix ans. (4).

 

Le saviez-vous ?

Besoin de conseils, d’aide, d’un soutien ? L’offre Essentiel Soutien donne aux seniors et à leur entourage l’accès à un accompagnement personnalisé et psychologique.

 

 

 

 

(1) 7ème Baromètre Autonomie OCIRP 
(2) Observatoire EHPAD KPMG 2012
(3) CNAS : Aidants familiaux – Guide à destination des entreprises 2014
Partage cet article :

RESTEZ INFORMÉ

Recevez chaque mois par email :
  • Nos conseils santé, retraite, épargne, ...
  • Les nouvelles actualités
  • Des informations sur nos offres

Découvrir nos offres