Cataracte, glaucome : les autres pathologies oculaires liées au vieillissement

A côté de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l'âge), d’autres pathologies oculaires comme le glaucome, la cataracte entrainent une baisse de la vision chez les personnes âgées. Il est important de les dépister tôt pour pouvoir mieux les traiter.

les maladies oculaires chez les seniors

Le glaucome : une pathologie silencieuse

Le glaucome est dû à une augmentation de la pression oculaire. Cet excès de pression entraîne une atteinte du nerf optique (nerf qui envoie les informations visuelles au cerveau)  et du champ visuel. Il touche plus de 2% de la population après 45 ans (1).

 

On distingue principalement 2 types de glaucome :

  • le glaucome chronique, ou glaucome à angle ouvert : il est très fréquent (80% des cas) et se développe silencieusement,
  • le glaucome aigu, ou glaucome par fermeture de l’angle : il est relativement rare et brutal.

 

Le glaucome est responsable d’une perte du champ visuel qui peut, en l’absence de traitement, aboutir à la cécité (due à la destruction du nerf optique).

 

Quels sont les signes ?

Le glaucome chronique est une affection indolore  et ses symptômes surviennent très lentement. Par ailleurs, les deux yeux ne sont pas toujours atteints de la même façon (et donc, un œil peut compenser l’autre). Il est donc très difficile de repérer les premiers signes. Seul l’ophtalmologiste peut le dépister précocement.

 

Par contre, le glaucome aigu ne peut passer inaperçu :

  • l’augmentation de la pression oculaire est très rapide, la douleur est intense et brutale,
  • l’œil est rouge,
  • la vision diminue rapidement,
  • des halos colorés se forment autour des sources de lumière vive,
  • des maux de tête et nausées peuvent survenir.


Le glaucome aigu doit être traité en urgence.

 

Dépistage et surveillance : quels examens ?

A partir de 45 ans, il est recommandé de consulter un ophtalmologiste environ tous les deux ans.

 

Lors des visites, le médecin peut :

  • mesurer la pression intraoculaire (tonométrie),
  • pratiquer un examen du fond de l’œil qui permet de détecter d’éventuelles lésions,
  • recourir à un examen complémentaire : la gonioscopie (ou examen de l’angle irido-cornéen). Ce dernier permet de déterminer le type de glaucome et le traitement adapté,
  • examiner le champ visuel, pour évaluer la perte de vision, le niveau d’atteinte et la progression du glaucome,
  • faire une OCT  (Tomographie par Cohérence Optique) des fibres visuelles, un examen permettant un diagnostic plus précoce de la maladie.

 

Bon à savoir

Les centres de prévention Bien Vieillir Agirc-Arrco offrent aux ressortissants de l’Agirc et de l’Arrco âgés de 50 ans et plus et à leurs conjoints, la possibilité de faire un bilan de prévention personnalisé réalisé par des spécialistes de l’avancée en âge.

 

Comment traiter le glaucome ?

Le glaucome ne peut pas régresser, mais il existe des solutions qui permettent de prévenir les futures pertes de la vision et d’éviter la progression et l’aggravation de la maladie :

  • les collyres permettent de stabiliser la pression oculaire,
  • si les collyres sont insuffisants, un traitement au laser peut être utilisé pour diminuer la production de l’humeur aqueuse  ou favoriser son évacuation. La méthode est adaptée en fonction du cas du patient,
  • en dernier recours, une intervention chirurgicale peut être pratiquée. L’objectif est de favoriser la filtration de l’humeur aqueuse.

 

La cataracte : 3ème cause de cécité chez les seniors

La cataracte se caractérise par une opacification du cristallin (normalement transparent) qui empêche la lumière d’atteindre la rétine. Elle peut toucher la totalité du cristallin ou uniquement une zone particulière. A terme, elle entraîne une réduction de l’acuité visuelle. La vision devient trouble.

 

La cataracte est une pathologie très fréquente. Elle touche plus d’une personne sur cinq à partir de 65 ans et près de deux sur trois après 85 ans. (2)

 

Il existe différents types de cataracte. La cataracte sénile est la plus fréquente et touche particulièrement les personnes de plus de 65 ans.

 

Quels sont les signes ?

Dans 95 % des cas, aucune douleur n’est ressentie, mais la vision baisse progressivement :

  • la vision est voilée, floue,
  • les contrastes diminuent,
  • la sensibilité à la lumière augmente (éblouissements),
  • la vision des couleurs est altérée,
  • parfois (rare), la vision se dédouble,
  • puis, l’acuité visuelle baisse,
  • la myopie, chez les personnes concernées, peut s’accentuer,
  • les personnes hypermétropes peuvent avoir l’impression qu’elles le sont moins.

 

Dépistage et surveillance : quels  examens ?

En pratiquant un examen adapté de l’œil (mesure de l’acuité visuelle, examen du cristallin à la lampe à fente, examen du segment antérieur pour éliminer une pathologie de la cornée.

 

Pour diagnostiquer une cataracte, le médecin :

  • mesure l’acuité visuelle de près et de loin,
  • examine le cristallin à la lampe à fente.


Il pratique également d’autres examens pour éliminer une autre pathologie potentielle (examen du fond de l’œil, examen du segment antérieur, mesure de la tension oculaire).

 

Si nécessaire, il réalise une biométrie afin de déterminer les caractéristiques des implants qui seront mis en place lors de la chirurgie pour remplacer le cristallin naturel.

 

Comment traiter la cataracte ?

La solution : la chirurgie. En effet, lorsque la cataracte altère la qualité de vie, la seule option thérapeutique est l’ablation chirurgicale du cristallin. Elle consiste à remplacer le cristallin par un implant intraoculaire qui permet de compenser le pouvoir réfractif du cristallin. Cette intervention permet de retrouver une vision normale après quelques jours seulement.

 

Comment prévenir le glaucome, la cataracte

  • Eviter de fumer,
  • Avoir une alimentation équilibrée,
  • Surveiller son poids corporel et lutter contre le surpoids et l’obésité,
  • Protéger les yeux des rayons du soleil et des lumières éblouissantes (Porter des lunettes adaptées, de catégorie 3, assurant une protection suffisante.)
  • Faire contrôler sa vue régulièrement (une fois par an dès 55 ans) : consulter un ophtalmologiste, notamment en cas de symptômes visuels inhabituels.

 

Les maladies oculaires chez les seniors

Bon à savoir

Vous recherchez un service de chirurgie ophtalmologique, retrouvez notre annuaire complet.

 

 

  1. Société française du glaucome
  2. Inserm
Partage cet article :

Les visiteurs ayant lu cet article ont également lu