Aide aux aidants : les solutions pour souffler

Être aidant familial d’une personne âgée dépendante demande du temps et de l'investissement. Comment permettre aux aidants de lutter contre l’épuisement physique et psychologique, se reposer, partir en congés ou encore avoir le temps de réaliser leurs projets ? Réponses.

aide au répit

L’accueil de jour pour du temps libre régulier

L’accueil de jour constitue l’un des principaux dispositifs d’aide au répit pour les aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés.

Dans une structure rattachée à un Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD), un hôpital, ou une structure autonome, la personne aidée est accueillie une à plusieurs fois par semaine le temps d’une demi-journée ou d’une journée complète.

Durant les temps d’accueil, les personnes aidées ont la possibilité de prendre part à des activités adaptées à leur état de santé : jeux stimulants, aide à l’amélioration de l’autonomie, temps collectifs, activités physiques. Le suivi est pluridisciplinaire : médecin, psychologue, infirmier, animateur...

Son coût est déterminé par un prix de journée : tarif de la journée ou demi-journée, correspondant aux prestations proposées par la structure + tarif dépendance, correspondant au Groupe Iso Ressource (Gir) de la personne. Ce prix de journée est fixé annuellement par le Conseil départemental. 

Le tarif dépendance peut-être financé par l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) à domicile.

 

L'hébergement temporaire pour des périodes plus longues

L’hébergement temporaire peut offrir du répit aux aidants familiaux sur une période plus longue, de quelques semaines à 3 mois.

La personne dépendante est accueillie la plupart du temps dans un établissement pour personnes âgées dépendantes (EHAPD) proposant des places pour l’hébergement temporaire. Certaines Résidences Autonomie (ex Logement Foyer) peuvent également proposer ce mode d’accueil.

L’aidant peut recourir à l’hébergement temporaire en cas d’hospitalisation, de travaux d’adaptation du logement pour la personne aidée, de congés prolongés, ou pour préparer l’entrée en maison de retraite de la personne dépendante. 

Lhébergement temporaire permet en outre de préparer progressivement une entrée définitive dans un établissement.  

Le coût est calculé sur le même principe que dans le cas d’un hébergement permanent :

  • Tarif hébergement à la charge de l’intéressé,

  • Tarif dépendance pris en charge en partie au titre de l’APA,

  • Tarif soins pris en charge par l’Assurance maladie.

La personne accueillie peut bénéficier des mêmes aides : APA, Aide sociale à l’hébergement (ASH), que lors d’un hébergement permanent

 

La halte répit Alzheimer

Ce dispositif est proposé par les Centres Locaux d’Information et de Coordination gérontologique (Clic), la Croix Rouge, l’association France Alzheimer, des hôpitaux, des associations.

Cet accueil est assuré par des bénévoles formés. Dans certaines haltes répit, des psychologues et des musicothérapeutes peuvent intervenir.

La halte répit Alzheimer permet d’accueillir ponctuellement, généralement pendant une ou deux demi-journées fixes par semaine, des personnes souffrant de troubles de l’orientation pour offrir à l’aidant un moment de répit.

Les aidants peuvent aussi bénéficier d’une prise en charge psychologique.

La halte répit n’est pas un lieu médicalisé, mais un lieu social : elle n’a pas pour vocation de se substituer à l’accueil de jour, ni de soigner.

 

trouver un accueil de jour, un etablissement d'hebergEment temporaire

 

L’accueil de nuit en semaine ou en week-end

Ce dispositif d’aide au répit des aidants familiaux, proposé par certains EHPAD, permet d’accueillir des personnes dépendantes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés, la nuit, en semaine et/ou le week-end. Elles sont prises en charge par un personnel professionnel qui assure le coucher, le lever, la toilette, l’habillage mais aussi le suivi des traitements médicaux en cours. Les repas du soir et le petit déjeuner sont inclus. 

 

L’accueil familial, un dispositif de répit en progression

Cette solution alternative à un placement en EHPAD permet à des particuliers d’accueillir des personnes dépendantes à leur domicile (3 maximum) dans le cadre d’un contrat moyennant une rémunération. Agréés par le conseil départemental et formés à la psychologie des personnes âgées dépendantes et/ou handicapées, les accueillants familiaux assurent la prise en charge quotidienne de la personne âgée, des repas à la toilette, en passant par les sorties et l’accompagnement. L’accueil familial se caractérise par sa souplesse. Il peut être temporaire, permanent, à temps partiel (par exemple une semaine tous les mois).

Le coût de l’accueil dépend du nombre de jours d’accueil et des prestations fixés dans le contrat :

  • Une rémunération journalière,

  • Une indemnité de sujétions particulières, proportionnelle au niveau de dépendance de la personne accueillie,

  • Une indemnité pour les frais d’entretien courant,

  • Une indemnité  représentative de mise à disposition de la ou des pièces réservées à la personne accueillie (loyer pour la chambre occupée)

Les personnes accueillies peuvent bénéficier de l’APA à domicile, des aides au logement et de l’ASH.

 

Pour trouver un accueil familial, vous pouvez consulter le site de l’accueil familial : http://www.famidac.fr/

Cette forme d’accueil est encore rare mais la Loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement vise à le développer.

 

Le baluchonnage pour une aide à domicile

Cette solution venue du Québec se développe en France. Elle consiste à offrir à l’aidant la possibilité d’être remplacé à son domicile, pendant quelques heures ou quelques jours. Cette forme d’aide au répit permet de préserver les habitudes de la personne aidée, qui reste dans son cadre de vie habituel. 

Pour obtenir des renseignements sur les différents dispositifs d’aide au répit des aidants accessibles à proximité, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre Conseil départemental, Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) ou dans les Centres Locaux d’Information et de Coordination (Clic) les plus proches.

 

La garde itinérante de nuit

Ce service est proposé par des associations de services d’aide et d’accompagnement à domicile.

Une équipe mobile effectue des interventions de courte durée à domicile. Elle peut effectuer 1 à 3 passage par nuit afin d’apporter une présence et, si besoin, intervenir.

 

Les séjours de vacances pour les aidés comme les aidants

Certaines associations, Institutions de retraite complémentaire et Centre Communaux d’Action Sociale organisent des séjours dans des cadres adaptés aux besoins des personnes dépendantes (gîtes ruraux, hôtels, résidence, maisons familiales…).

Encadrés par des professionnels et des bénévoles, ces séjours de vacances permettent aux personnes aidées de partir seules ou accompagnées de leur aidant. Ce dernier bénéficie d’un accompagnement qui lui permet de profiter de son séjour et de rompre avec le rythme du quotidien. 

 

Le saviez-vous?

Humanis accompagne les personnes âgées et leurs proches confrontés à la dépendance. L’offre Essentiel Soutien permet aux seniors et à leur entourage de bénéficier d’un soutien personnalisé.

 

Partage cet article :

A lire aussi

RESTEZ INFORMÉ

Recevez chaque mois par email :
  • Nos conseils santé, retraite, épargne, ...
  • Les nouvelles actualités
  • Des informations sur nos offres

Découvrir nos offres